Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Economie

Moody's abaisse la note de l'Italie de trois crans

©

Vidéo par Siobhán SILKE , Johan BODIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/10/2011

L'agence de notation Moody's a abaissé la note de l'Italie de trois crans en raison d'une perspective négative reflétant des risques économiques et financiers. La note du pays avait déjà été abaissée par Standard and Poor's en septembre.

REUTERS - Moody's Investors Service a abaissé mardi de trois crans la note de l'Italie, expliquant voir une hausse des risques de financement pour les pays de la zone euro ayant un niveau élevé d'endettement.

Moody's a ramené la note des obligations d'Etat italiennes de Aa2 à A2, soit une note plus basse que celle de l'Estonie. L'agence américaine maintient une perspective négative sur cette note, ce qui veut dire que de nouvelles baisses seront possible d'ici quelques années.

"une dette colossale"

Le 19 septembre, Standard and Poor's avait ramené sa note sur l'Italie à A/A-1 alors qu'elle était auparavant à A+/A-1+.

L'Italie se retrouve désormais fermement au centre de la crise de dette de la zone euro.

"La perspective négative reflète les risques économiques et financiers en Italie et dans la zone euro", indique Moody's dans un communiqué.

"L'environnement incertain des marchés et le risque d'une nouvelle détérioration du moral des investisseurs pourrait restreindre l'accès du pays aux marchés de la dette publique."

Les marchés financiers s'inquiètent de plus en plus d'une croissance faible, d'un déficit représentant 120% du produit intérieur brut et d'un gouvernement de coalition en difficulté.

La décision de Moody's n'est pas véritablement une surprise. L'agence avait indiqué le 17 septembre qu'elle terminerait son examen des finances italiennes en vue d'un déclassement possible d'ici un mois.

Silvio Berlusconi a estimé que cette décision était "attendue".

"Le gouvernement italien travaille avec l'engagement maximum pour atteindre ses objectifs budgétaires", a ajouté le chef du gouvernement.

Moody's estime toutefois qu'un défaut de l'Italie représente une probabilité "lointaine".

Les coûts d'emprunt de l'Italie ont bondi ces trois derniers mois. Et s'ils ont pu être maîtrisés, c'est grâce aux achats d'obligations italiennes sur les marchés secondaires par la Banque centrale européenne.

Ainsi le mois dernier, un emprunt italien à dix ans a dû se faire sur la base de la promesse d'un rendement de 5,86%, soit le plus haut niveau sur ce type de papier depuis le lancement de l'euro il y a plus de dix ans.

Le plan d'austérité de 60 milliards d'euros du gouvernement italien doit lui permettre d'avancer d'un an à 2013 son objectif d'équilibre budgétaire.

Première publication : 05/10/2011

  • BANQUES

    La Société Générale et le Crédit Agricole fragilisés après la dégradation de leur note

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'austérité pour tous afin de sauver le triple A

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)