Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

FRANCE

Cinq policiers, dont le "superflic" Michel Neyret, suspendus de leurs fonctions

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2011

Mis en examen dans une affaire de corruption et de trafic d'influence, le numéro deux de la PJ lyonnaise a été écroué après son audition. Quatre de ses collègues ont été placés sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer leur métier.

AFP - Trois policiers ont été mis en examen mardi soir dans l'enquête sur l'affaire de corruption et de trafic d'influence présumés qui ébranle le monde policier, après le chef de l'antenne de la PJ de Grenoble, Christophe Gavat, et le N°2 de la PJ lyonnaise Michel Neyret, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.


Contrairement à Michel Neyret, qui a été écroué, les quatre autres policiers ont été placés sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer leur métier.

Après plusieurs jours de garde à vue, le patron de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la PJ de Lyon, Aymeric Saudubray, l'adjoint du chef de l'antenne de la PJ de Grenoble, Gilles Guillotin, et un membre de la brigade des stupéfiants de Lyon ont été présentés mardi soir aux juges parisiens Patrick Gachon et Hervé Robert, peu après le chef de l'antenne de la PJ de Grenoble, Christophe Gavat.

"Ils ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs, détournement de scellés et vols en réunion", a-t-on indiqué de source judiciaire.

Les juges parisiens enquêtent notamment sur les pratiques de la police des régions lyonnaise et grenobloise. Des interrogatoires lors des gardes à vue ont confirmé l'existence d'un "système de drogue détournée afin de rémunérer les indicateurs", selon une source proche de l'enquête.

En garde à vue, M. Neyret a concédé des "imprudences" et reconnu avoir accepté des cadeaux, notamment des séjours payés à Marrakech et sur la Côte-d'Azur. Les enquêteurs s'interrogent aussi sur la provenance d'une "montre de valeur", que le policier aurait reçue puis offerte à sa femme, selon une source proche du dossier.

Ces derniers jours, l'Inspection générale des services (IGS) a creusé ses relations avec plusieurs personnalités réputées proches du milieu lyonnais.

Concernant MM. Gavat et Guillotin, les enquêteurs ont cherché à savoir s'ils avaient ou non, sur ordre de M. Neyret, détourné de la résine de cannabis pour rémunérer des "indics".

Les deux policiers ont réfuté toute pratique illégale, selon leurs avocats, qui ont tenu à distinguer les cas de leur client de celui de M. Neyret.

"La partie de l'enquête qui les concerne ne porte pas sur de l'enrichissement personnel ou de la corruption mais sur leur façon de travailler, sur la gestion des indicateurs", a déclaré mercredi à l'AFP Me Anne-Laure Compoint, avocate de M. Guillotin. "La montagne va accoucher d'une souris", a-t-elle parié.

Mardi soir, l'avocat de M. Gavat, Me Emmanuel Daoud, avait noté que le parquet n'avait pas requis de mandat de dépôt contre son client. Ni contre les trois autres policiers mis en examen le même jour.

On ignorait dans l'immédiat les raisons de l'implication présumée dans ce dossier de M. Saudubray, un jeune commissaire qui ne dirigeait la BRI de Lyon que depuis un an, son avocat se refusant à tout commentaire.

 

Première publication : 05/10/2011

  • FRANCE

    Après Michel Neyret, le chef de la PJ grenobloise mis en examen à son tour

    En savoir plus

  • Michel Neyret, le flic qui était trop proche des truands

    En savoir plus

  • FRANCE

    Claude Guéant va suspendre le commissaire Michel Neyret

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)