Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

Afrique

Plusieurs candidats demandent une élection présidentielle en avril

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2011

Six candidats déclarés à la prochaine élection présidentielle ont appelé le Conseil suprême des forces armées, qui dirige le processus de transition en Égypte, à fixer la date du scrutin au mois d'avril prochain.

AFP - Six candidats à l'élection présidentielle en Egypte ont appelé mercredi l'armée, à la tête du pays, à remettre le pouvoir à un président élu à la fin du mois d'avril.

Le candidat islamiste Salim al-Awa a lu une déclaration signée par les candidats ou leurs représentants, appelant à une élection présidentielle le 1er avril et à une remise du "pouvoir au président élu le 20 avril".

Les candidats ont également demandé un calendrier resserré pour les élections parlementaires, prévues à partir du 28 novembre pour l'Assemblée du peuple (chambre basse) et jusqu'au 11 mars pour le Sénat (Choura, chambre haute aux pouvoirs plus limités). M. Awa a recommandé que le dernier tour des élections ait plutôt lieu le 30 janvier.

Deux des candidats, l'ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa et l'ancien juge Hicham Bastaouisi, avaient envoyé leurs représentants à la conférence de presse.

L'armée a pris le pouvoir en Egypte après la chute du président Hosni Moubarak en février, sous la pression de la rue.

Le Conseil suprême des forces armées dirigé par le maréchal Tantaoui avait initialement annoncé une période de transition de six mois.

Le futur Parlement égyptien aura six mois pour rédiger une nouvelle Constitution, avant la tenue d'une élection présidentielle, pour laquelle aucune date précise n'a encore été annoncée.

 

Première publication : 06/10/2011

  • ÉGYPTE

    L'armée entend ne présenter aucun candidat à l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'armée égyptienne accepte d'amender la loi électorale

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les contestataires de la place Tahrir délogés par la police anti-émeute

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)