Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Afrique

Les forces du CNT affirment contrôler la majeure partie de Syrte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2011

Avec l'appui des avions de l'Otan, les combattants du Conseil national de transition continuent leur avancée dans la ville de Syrte. "Dans deux jours, si Dieu veut, Syrte sera libérée", a déclaré un commandant militaire du CNT.

REUTERS - Les forces du nouveau régime libyen contrôlent plus de la moitié de la ville de Syrte et espèrent venir à bout d'ici deux jours de la résistance des partisans de Mouammar Kadhafi, a déclaré un commandant militaire du Conseil national de transition (CNT).

"Plus de la moitié de la ville est aux mains des rebelles", a dit Adel Al Hasi mercredi à Reuters. "Dans deux jours, si Dieu veut, Syrte sera libérée."

Les commandants des troupes du CNT ont parlé mardi d'un assaut final pour prendre la ville natale du "guide" déchu. Avec l'appui des avions de l'Otan, les combattants du CNT ont pilonné des positions tenues par les partisans de Kadhafi à l'intérieur de cette ville côtière de 75.000 habitants.

Mercredi, les tirs d'artillerie et de roquettes venant des positions des pro-Kadhafi se sont calmés, ce qui a permis aux combattants révolutionnaires de progresser vers le centre-ville.

Près du centre, on pouvait entendre les explosions des obus de mortier tombant non loin des positions des hommes du CNT, ainsi que des tirs d'armes automatiques.

Des combats rapprochés ont permis aux forces anti-Kadhafi d'atteindre le quartier des administrations, avec ses hôtels, ses villas et ses centres de conférence où l'ancien numéro un se plaisait à recevoir ses hôtes étrangers.

Des combattants du CNT se sont installés dans un hôtel de luxe en bord de mer, d'où ils peuvent tirer sur les positions ennemies trois cents mètres plus loin.

Mortiers et snipers

"Nous ne tenons pas encore le centre de la ville, il y a toujours des combats de rue. Ils ont des mortiers - pas beaucoup - et il y a encore des snipers", dit le colonel Ahmed Al Obeïdi.

Les organisations humanitaires internationales craignent une catastrophe humanitaire à Syrte où les blessés ne peuvent pas être soignés correctement dans les hôpitaux qui manquent de tout. Les vivres et l'eau potable sont de plus en plus rares.

Des habitants de Syrte ont accusé les avions de l'Otan de bombarder des quartiers résidentiels mais à Bruxelles un porte-parole de l'Alliance, Roland Lavoie, a affirmé qu'aucun raid n'avait été lancé depuis le week-end.

Les avions qui survolent la ville ne mènent pas d'attaques mais des missions de reconnaissance, a-t-il dit.

A l'ouest de Syrte, une délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) attend une accalmie dans les combats et un accord entre les belligérants pour faire entrer deux camions de ravitaillement dans la ville.

Sur une crête toute proche, deux blindés du CNT tiraient sur les positions des soldats de Kadhafi, sans s'attirer de riposte.

Contrairement à ce qui s'est passé les jours précédents, aucun véhicule civil ne sortait de la ville.

Le CNT dit prendre son temps afin de ne pas frapper des victimes innocentes mais des habitants de Syrte accusent pourtant les soldats anti-Kadhafi de bombarder des quartiers
d'habitation.

Première publication : 06/10/2011

  • LIBYE

    Le CNT annonce la formation d'un nouvel exécutif provisoire

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les forces du CNT affirment avoir pris le port de Syrte

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les forces du CNT progressent dans Syrte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)