Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

FRANCE

Robert Bourgi entendu par la justice sur les "biens mal acquis"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2011

Auditionné par la brigade financière le 22 septembre après ses révélations sur des fonds occultes provenant de dirigeants africains, Robert Bourgi doit être entendu ce jeudi dans le cadre de l'enquête sur les "biens mal acquis".

AFP - Robert Bourgi, qui accuse Jacques Chirac d'avoir reçu des fonds occultes de chefs d'Etat africains, sera entendu jeudi dans le cadre de l'enquête sur "les biens mal acquis" en France par trois d'entre eux, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier, confirmant une information de Bakchich.

Pierre Péan, auteur de "Les mallettes de la République"

Cette audition avait été demandée par l'ONG Transparency International (TI) à l'origine de la plainte ayant débouché sur l'ouverture d'une enquête, fin 2010, sur les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par trois chefs d'Etat africains, Denis Sassou Nguesso, du Congo, Teodoro Obiang, de Guinée équatoriale, et le défunt chef d'Etat gabonais, Omar Bongo.

Tous les trois sont cités par M. Bourgi comme ayant fait partie des chefs d'Etat africains qui auraient, selon lui, alimenté les fonds occultes destinés à Jacques Chirac et Dominique de Villepin.

Dans un entretien au JDD à la mi-septembre, Robert Bourgi, ancien conseiller de l'ombre chargé des affaires africaines, a accusé MM. Chirac et de Villepin, d'avoir reçu des fonds occultes provenant de dirigeants africains.

"A l'approche de la campagne présidentielle de 2002, Villepin m'a carrément demandé +la marche à suivre+", a-t-il affirmé.

"Par mon intermédiaire, et dans son bureau, cinq chefs d'Etat africains --Abdoulaye Wade (Sénégal), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Laurent Gbagbo (Côte d'Ivoire), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et, bien sûr, Omar Bongo (Gabon)-- ont versé environ 10 millions de dollars pour cette campagne de 2002", prétend l'avocat.

M. Bourgi est par la suite revenu sur ses accusations visant Abdoulaye Wade, ce dernier retirant en retour une plainte en diffamation contre l'avocat.

M. Bourgi a été entendu le 22 septembre par les policiers de la brigade financière dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte le 13 septembre après ses propos dans la presse.

Première publication : 06/10/2011

  • FRANÇAFRIQUE

    Robert Bourgi, l'homme du grand déballage

    En savoir plus

  • FONDS OCCULTES

    Après Chirac et Villepin, Le Pen mis en cause dans une affaire de fonds occultes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)