Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

EUROPE

Nicolas Sarkozy poursuit sa visite dans le Caucase en Géorgie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2011

Le président français est attendu ce vendredi à Tbilissi, au deuxième jour d'une visite d'État dans le Caucase du Sud. En Arménie jeudi, Nicolas Sarkozy a appelé la Turquie à revoir sa lecture historique du génocide arménien de 1915.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a appelé jeudi la Turquie à "revisiter son histoire" en reconnaissant le "génocide arménien" de 1915 au cours de sa visite d'Etat en Arménie, première étape d'une tournée qui le conduira vendredi en Azerbaïdjan et en Géorgie.

"La Turquie, qui est un grand pays, s'honorerait à revisiter son histoire comme d'autres grands pays dans le monde l'ont fait, l'Allemagne, la France. On est toujours plus fort quand on regarde son histoire et le négationnisme n'est pas acceptable", a lancé Nicolas Sarkozy.

Comme le veut la tradition, M. Sarkozy a débuté son séjour en rendant hommage, avec son homologue arménien Serge Sarkissian, aux centaines de milliers de victimes du massacre ottoman perpétré en 1915 et 1916 en Turquie, en plantant un arbre dans le jardin du mémorial qui domine Erevan.

C'est à l'issue de cette cérémonie, puis dans le cadre plus solennel du dîner offert par son hôte, que le chef de l'Etat a demandé, devant son hôte et la presse, à la Turquie de faire un pas en avant sur ce dossier passionnel, qui continue d'empoisonner les relations entre l'Arménie et son voisin turc.

Outre la France, par une loi votée en 2001, le Canada et le Parlement européen ont eux aussi qualifié les massacres de 1915 de "génocide".

D'abord adressé à la Turquie, ce message présidentiel avait aussi un objectif plus franco-français. Avant son élection en 2007, le candidat Sarkozy avait promis aux représentants de la forte communauté arménienne de France, estimée à un demi-million de personnes, de soutenir le vote d'un texte de loi spécifique réprimant la négation du "génocide" de 1915.

Mais ce texte a été enterré en mai faute d'une majorité au Sénat (chambre haute) et surtout du soutien du gouvernement de Nicolas Sarkozy, suscitant l'amertume des Arméniens de France et de leurs partisans.

Jeudi à Erevan, le président a justifié sa position en estimant que, "si la Turquie revisitait son histoire (...) sa reconnaissance du génocide serait suffisante". Mais "si la Turquie ne le faisait pas, alors sans doute faudrait-il aller plus loin", a-t-il ajouté sans préciser l'échéance à laquelle il pourrait relancer le vote de cette loi mémorielle.

A six mois de la présidentielle, l'ancien ministre d'origine arménienne Patrick Devedjian, présent à Erevan, n'a pas manqué de relever le message très "politique" adressé par le président aux Arméniens de France.

"Je ne suis pas naïf", a-t-il dit, "mais si les élections peuvent servir à faire avancer les droits de l'homme, il faut en être heureux".

Outre ce dossier sensible, Nicolas Sarkozy a également appelé l'Arménie à faire la "paix" et la "réconciliation" avec l'Azerbaïdjan voisin sur le Nagorny Karabakh, territoire séparatiste azerbaïdjanais peuplé en majorité d'Arméniens.

"L'Arménie a besoin de la paix avec l'Azerbaïdjan", a-t-il souligné.

Jeudi, deux soldats azerbaïdjanais ont été tués par les forces arméniennes autour du Nagorny Karabakh, selon le ministère de la Défense à Bakou.

Le président français a promis de répéter ce message de "réconciliation" à son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev, vendredi matin à Bakou. Paris espère aussi de cette rencontre un "coup de pouce" à la conclusion de gros contrats pour des entreprises françaises dans ce pays, important producteur de gaz et de pétrole.

Et c'est avec la même casquette de "faiseur de paix" que Nicolas Sarkozy doit conclure son périple vendredi après-midi à Tbilissi, trois ans après avoir négocié un cessez-le-feu controversé entre la Russie et la Géorgie.

Cet accord suscite aujourd'hui le mécontentement des Géorgiens, qui jugent que les Russes ne l'ont pas appliqué. Trois semaines après avoir été accueilli en sauveur en Libye, M. Sarkozy espère toutefois peaufiner à Tbilissi sa stature d'homme d'Etat à quelques mois de la présidentielle française qui s'annonce pour lui très difficile.

Première publication : 06/10/2011

  • DIPLOMATIE

    Nicolas Sarkozy tente de s'imposer en homme de paix dans le Caucase

    En savoir plus

  • ARMÉNIE

    Les Arméniens commémorent les massacres de 1915 perpétrés sous l'Empire ottoman

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Pour la première fois, l'intelligentsia turque commémore le génocide arménien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)