Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tu es un journal et tu dois savoir rester à ta place"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aux grandes femmes la patrie reconnaissante"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

Moyen-orient

Près de 3 000 personnes tuées depuis le début de la répression, selon l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/10/2011

Les Nations unies ont livré un nouveau bilan humain de la répression menée par le régime syrien. Plus de 2 900 personnes auraient été tuées depuis le début du soulèvement en mars, mais le nombre de disparus "est beaucoup plus élevé".

AFP - Plus de 2.900 personnes ont été tuées depuis le début de la répression en Syrie, a indiqué jeudi le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

"Selon la liste détaillée des noms des personnes dont nous disposons, le nombre total de personnes tuées depuis le début des manifestations en Syrie dépasse les 2.900", a indiqué à l'AFP un porte-parole du Haut commissariat, Rupert Colville.

l'irrésolution de l'onu

Il a toutefois précisé que ce chiffre risquait d'augmenter étant donné que le nombre de personnes portées disparues "est beaucoup plus élevé".

Mais avant de pouvoir dire que ces personnes ont été tuées durant la répression sanglante contre les manifestants, l'ONU doit procéder à des vérifications, a-t-il expliqué.

Cette annonce intervient alors que le Conseil des droits de l'homme de l'ONU doit passer en revue vendredi la situation des droits fondamentaux en Syrie à travers son Examen périodique universel (EPU) de la Syrie, procédure auquel tous les membres des Nations unies doivent se soumettre.

"Dans le cadre de l'EPU, nous appelons tous les Etats à dénoncer la gravité, l'étendue et la nature systématique des violations des droits humains liées à la répression du mouvement de protestation largement pacifique en Syrie", a expliqué à l'AFP Philippe Dam, de Human Right Watch.

"Bien que le Conseil des droits de l'homme ait déjà adopté deux résolutions sur la répression en cours en Syrie, le fait que le gouvernement syrien n'ait rien mis en oeuvre pour répondre à ces résolutions et pour permettre aux enquêtes internationales de se tenir doit être l'objet de la préoccupation de l'ensemble des membres de l'ONU", a-t-il ajouté.

La commission d'enquête internationale indépendante chargée d'enquêter sur les violations des droits de l'homme en Syrie, mandatée par le Conseil des droits de l'homme le 23 août, attend toujours le feu vert de Damas pour entrer dans le pays.

Sur le terrain, les militants pro-démocratie ont appelé sur Facebook à manifester vendredi sous le slogan "le Conseil national syrien est notre représentant, à moi et à toi et celui de tous les Syriens".

Selon des militants de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des forces militaires et de sécurité ont pris d'assaut des villages dans le gouvernorat d'Idleb près de la frontière turque.

Première publication : 06/10/2011

  • SYRIE

    Al-Assad peut compter sur le soutien indéfectible de Moscou et Pékin

    En savoir plus

  • SYRIE

    Quand le régime de Damas poursuit ses opposants hors des frontières syriennes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le Conseil national syrien veut incarner l’alternative au régime Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)