Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Premier budget de Trump : prendre aux pauvres pour donner aux riches ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Le président Karzaï reconnaît son échec sur la sécurité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2011

Dix ans après l'intervention occidentale en Afghanistan, le président afghan admet qu'il n'est pas parvenu à offrir à son pays un niveau de sécurité acceptable. Un échec qu'il impute autant à l'Otan qu'à sa propre action.

AFP - Le président afghan Hamid Karzaï a admis vendredi que son gouvernement et de ses alliés de l'Otan avaient "échoué" à apporter la sécurité aux Afghans, dans un entretien à la BBC diffusé dix ans jour pour jour après le début de l'intervention occidentale dans le pays.


"Nous avons été très mauvais pour ce qui est d'apporter la sécurité au peuple afghan, et c'est le travers le plus important de l'action de notre gouvernement et de nos partenaires internationaux", a déclaré M. Karzaï.

"Nous devons procurer aux citoyens afghans un meilleur environnement sécuritaire" car, sur ce point, "la communauté internationale et le gouvernement afghan ont sans aucun doute échoué", a-t-il ajouté.

M. Karzaï a répété qu'il était demandeur de négociations avec les rebelles talibans pour mettre fin au conflit, mais qu'il ne savait pas "à qui parler" ou "à quelle porte frapper" pour entamer des discussions.

Le chef suprême des talibans, le mollah Omar, est en fuite depuis dix ans, et on ne sait où il s'est replié avec ses lieutenants, même si Kaboul et nombre d'experts de la rébellion estiment qu'ils se cachent au Pakistan voisin.

"Le quartier général politique et opérationnel des talibans est installé au Pakistan. Nous le savons tous, les Pakistanais le savent", a souligné M. Karzaï en dénonçant le soutien apporté aux rebelles afghans dans ce pays.

"Nous ne disons pas cela pour accuser, mais pour qu'une solution soit trouvée à ce problème des sanctuaires" talibans qui "ne disparaîtront pas si le Pakistan ne coopère pas avec l'Afghanistan et si la communauté internationale ne fait pas en sorte de les éradiquer", a ajouté celui qui est à la tête du pays depuis la fin 2001 avec le soutien des Occidentaux.

L'Afghanistan a franchi vendredi le cap des dix ans d'intervention militaire depuis la chute des talibans, une décennie marquée par l'échec des Occidentaux à éradiquer l'insurrection dans un conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts.

L'Otan prévoit de retirer ses troupes de combat du pays d'ici la fin 2014, ouvrant la voie à un possible retour au pouvoir des talibans, dont la rébellion a gagné du terrain ces dernières années.

 

Première publication : 07/10/2011

  • AFGHANISTAN

    Arrestation de six membres d'Al-Qaïda accusés de complot contre le président Karzaï

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le réseau taliban Haqqani affirme ne pas avoir tué l'ex-président Rabbani

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'assassin de l'ex-président Rabbani était un Pakistanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)