Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le président Karzaï reconnaît son échec sur la sécurité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2011

Dix ans après l'intervention occidentale en Afghanistan, le président afghan admet qu'il n'est pas parvenu à offrir à son pays un niveau de sécurité acceptable. Un échec qu'il impute autant à l'Otan qu'à sa propre action.

AFP - Le président afghan Hamid Karzaï a admis vendredi que son gouvernement et de ses alliés de l'Otan avaient "échoué" à apporter la sécurité aux Afghans, dans un entretien à la BBC diffusé dix ans jour pour jour après le début de l'intervention occidentale dans le pays.


"Nous avons été très mauvais pour ce qui est d'apporter la sécurité au peuple afghan, et c'est le travers le plus important de l'action de notre gouvernement et de nos partenaires internationaux", a déclaré M. Karzaï.

"Nous devons procurer aux citoyens afghans un meilleur environnement sécuritaire" car, sur ce point, "la communauté internationale et le gouvernement afghan ont sans aucun doute échoué", a-t-il ajouté.

M. Karzaï a répété qu'il était demandeur de négociations avec les rebelles talibans pour mettre fin au conflit, mais qu'il ne savait pas "à qui parler" ou "à quelle porte frapper" pour entamer des discussions.

Le chef suprême des talibans, le mollah Omar, est en fuite depuis dix ans, et on ne sait où il s'est replié avec ses lieutenants, même si Kaboul et nombre d'experts de la rébellion estiment qu'ils se cachent au Pakistan voisin.

"Le quartier général politique et opérationnel des talibans est installé au Pakistan. Nous le savons tous, les Pakistanais le savent", a souligné M. Karzaï en dénonçant le soutien apporté aux rebelles afghans dans ce pays.

"Nous ne disons pas cela pour accuser, mais pour qu'une solution soit trouvée à ce problème des sanctuaires" talibans qui "ne disparaîtront pas si le Pakistan ne coopère pas avec l'Afghanistan et si la communauté internationale ne fait pas en sorte de les éradiquer", a ajouté celui qui est à la tête du pays depuis la fin 2001 avec le soutien des Occidentaux.

L'Afghanistan a franchi vendredi le cap des dix ans d'intervention militaire depuis la chute des talibans, une décennie marquée par l'échec des Occidentaux à éradiquer l'insurrection dans un conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts.

L'Otan prévoit de retirer ses troupes de combat du pays d'ici la fin 2014, ouvrant la voie à un possible retour au pouvoir des talibans, dont la rébellion a gagné du terrain ces dernières années.

 

Première publication : 07/10/2011

  • AFGHANISTAN

    Arrestation de six membres d'Al-Qaïda accusés de complot contre le président Karzaï

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Le réseau taliban Haqqani affirme ne pas avoir tué l'ex-président Rabbani

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'assassin de l'ex-président Rabbani était un Pakistanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)