Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

De Philadelphie à Seattle, le mouvement des indignés a la cote

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2011

Les manifestations contre le système financier se multiplient dans les villes américaines depuis le début du mouvement des indignés de Wall Street, le 17 septembre. Barack Obama dit comprendre la frustration et la colère des protestataires.

REUTERS - Les manifestants qui s'élèvent contre le système financier américain et les
inégalités économiques ont gagné du terrain jeudi aux Etats-Unis et ont trouvé des soutiens au sommet même de l'Etat.

Barack Obama et le vice-président Joe Biden ont compris la frustration et la colère qui animent une partie de la population des Etats-Unis.

"Ces manifestants expriment une suspicion plus largement partagée envers la manière dont fonctionne notre système financier", a déclaré le président américain. ( )

Et selon le vice-président Joe Biden, "les Américains ne pensent pas que le système est juste".

Depuis le rassemblement initial des "indignés" de Wall Street le 17 septembre dernier, les protestations se multiplient dans les villes américaines. Des rassemblements ont eu lieu à Tampa, Trenton, Jersey city, Philadelphie, Norfolk, Chicago, Saint Louis, Houston, San Antonio, Austin, Nashville, Portland, Seattle et Los Angeles.

Lors de la manifestation de mercredi à New York, des syndicats ont rallié les rangs du cortège, ce qui laisse à penser que le mouvement pourrait encore prendre de l'ampleur.
Près de 5.000 personnes ont formé le cortège, ce qui en fait le défilé le plus important depuis le début du mouvement.

"Ce n'est que le début", prédit John Preston à Philadelphie, cadre dans une société de transport. "Les camionneurs vont apporter leur soutien de ville en ville".

A Philadelphie, un millier de personnes ont arboré des pancartes où l'on pouvait lire sur l'une d'entre elles "je ne pensais pas que 'par le peuple, pour le peuple' représentait 1%
(de la population)".

A Los Angeles, une centaine de protestataires se sont réunis devant la Bank of America dans le centre ville, tandis que d'autres ont tenté de monter une tente. Onze personnes ont été arrêtées après avoir refusé de la démonter.

"Je crois que le rêve américain est vraiment en danger", glisse Darrell Bouldin, âgé de 25 ans. "Il y a tellement de gens comme moi dans le Tennessee qui en ont marre des gangsters de Wall Street", ajoute-t-il.

Première publication : 07/10/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Obama somme le Congrès d'adopter son plan pour l'emploi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Des milliers d'anti-Wall Street manifestent à New York

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)