Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : une base de l'ONU attaquée à Tombouctou

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Réforme constitutionnelle, un texte, des controverses

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

TECH 24

L'archéologie en mode makers

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Revenu universel : une bonne idée ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Raul Castro à Paris : une nouvelle page dans les relations franco-cubaines ?

En savoir plus

FOCUS

La Californie en première ligne pour la reconnaissance des enfants transgenres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bernard Foccroulle, le souffle lyrique

En savoir plus

#ActuElles

RD Congo : la lutte contre les viols passe par la fin de l’impunité

En savoir plus

FRANCE

L'agence Fitch abaisse la note de l'Espagne de deux crans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2011

L'agence Fitch Ratings a dégradé vendredi la note de la dette souveraine de l'Espagne de deux crans, à AA-. Elle a assorti cette analyse d'une perspective négative et pourrait donc de nouveau revoir son jugement à la baisse ces prochains mois.

AFP - L'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a abaissé vendredi de deux crans la note à long terme de l'Espagne, alors que la crise en zone euro s'intensifie et que le pays affiche une faible croissance et de mauvaises finances régionales.

La note de l'Espagne s'établit désormais à "AA-", contre "AA+" auparavant, ce qui la place dans la 4e note la plus élevée, sur vingt possibles.

Menace sur la zone euro

Plus inquiétant, elle est assortie d'une perspective "négative", qui implique que l'agence pourrait l'abaisser de nouveau à moyen terme, une mauvaise nouvelle alors qu'une autre agence, Moody's, devrait se prononcer d'ici fin octobre sur une nouvelle baisse de la note espagnole, de Aa2 à Aa3.

Pour justifier sa décision, Fitch évoque "l'intensification de la crise en zone euro".

"Avec des besoins de financement importants" de l'Etat espagnol, pour couvrir ses dépenses budgétaires et sa dette nette externe qui est "l'une des plus élevées au monde" (91% du PIB), rappelle Fitch, "la volatilité plus forte a un effet négatif sur les conditions de financement sur le marché de l'Espagne".

Mais il y a aussi des facteurs internes au pays: "les risques pour la consolidation budgétaire du fait des performances de certaines régions" et "la révision à la baisse des perspectives de croissance de l'Espagne à moyen terme".

Les finances des 17 régions espagnoles sont une source récurrente d'inquiétudes pour les marchés, en raison de leur lourd endettement, qui représentait fin juin 133,172 milliards d'euros, soit 12,4% du PIB du pays, un record historique.

Le 14 septembre, Fitch avait déjà abaissé la note de cinq régions espagnoles, dont la puissante Catalogne, critiquant "la forte augmentation de leur endettement".

De même, le pays dans son ensemble peine à renouer avec la croissance depuis la crise et l'éclatement de sa bulle immobilière.

La prévision du gouvernement pour 2011 est une croissance de 1,3%, mais il existe un consensus, partagé par la Banque d'Espagne, le Fonds monétaire international (FMI) et Standard & Poor's, autour de 0,8%.

"Le processus de rééquilibrage de l'économie espagnole est bien en marche mais il n'est pas encore fini et Fitch s'attend à ce qu'il pèse encore plus lourdement sur la croissance économique à moyen terme", explique l'agence de notation, qui table sur une croissance annuelle sous les 2% jusqu'en 2015, avec toujours un chômage élevé.

Néanmoins, Fitch se montre optimiste sur le long terme, c'est-à-dire après 2015, où l'agence prévoit "un rythme de croissance potentiel au-dessus de la moyenne de la zone euro".

Sa perspective négative tient aux "risques d'une nouvelle intensification de la crise financière en zone euro, ainsi qu'à une possible déviation en termes budgétaires".

Enfin, l'agence pourrait aussi abaisser encore la note espagnole si les coûts de la recapitalisation du secteur bancaire dépassaient ses propres estimations (30 milliards d'euros à partir de 2012).

Première publication : 07/10/2011

  • DETTE GRECQUE

    L'Eurogroupe sous pression pour parachever le second plan d'aide à la Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La Commission européenne défend la stratégie des États membres sur la dette

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Après Berlin, Madrid approuve la "règle d'or" budgétaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)