Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

FRANCE

Fitch dégrade la note de l'Italie et n'exclut pas de récidiver

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2011

Fitch Ratings a dégradé vendredi la note de la dette souveraine de l'Italie d'un cran, à A+. L'agence n'exclut pas de la dégrader de nouveau, notamment si Rome ne parvient pas à respecter ses objectifs de réduction de la dette.

AFP - L'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a abaissé vendredi d'un cran la note de l'Italie, en raison des conséquences de l'agravation de la crise dans la zone euro, et n'exclut pas de la dégrader encore si le pays devait manquer ses objectifs de réduction du déficit.

Menace sur la zone euro

La note du pays revient ainsi à "A+", contre "AA-" jusqu'à présent. S'y attache une perspective "négative", qui implique que l'agence pourrait l'abaisser de nouveau à moyen terme, selon un communiqué.

Fitch était la dernière des trois grandes agences de notation internationales à ne pas avoir récemment abaissé la note de l'Italie.

Moody's la note désormais "A2" (soit trois crans de moins qu'auparavant) et Standard & Poor's à "A" (soit un cran de moins qu'auparavant). En dépit de sa décision de vendredi, Fitch continue à noter un peu mieux la dette souveraine de la péninsule que ses concurrentes (de l'ordre d'un cran de plus).

Dans son communiqué, Fitch explique que "le haut niveau de la dette publique et les besoins de financement budgétaire, cumulés avec le faible niveau de la croissance potentielle (du pays), ont rendu l'Italie particulièrement vulnérable à un choc externe", tel que celui généré par la crise de la zone euro.

"Si le récent collectif budgétaire a renforcé de manière substantielle l'effort de consolidation des comptes publics, les hésitations initiales du gouvernement italien pour apporter une réponse à la contagion ont aussi érodé la confiance du marché dans sa capacité à piloter efficacement le pays dans la crise de la zone euro", note l'agence.

Fitch prévient qu'elle serait amenée à abaisser de nouveau la dette du pays si le gouvernement devait s'écarter de son objectif de réduction de la dette publique.

Première publication : 07/10/2011

  • DETTE GRECQUE

    L'Eurogroupe sous pression pour parachever le second plan d'aide à la Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La Commission européenne défend la stratégie des États membres sur la dette

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Après Berlin, Madrid approuve la "règle d'or" budgétaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)