Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Fitch dégrade la note de l'Italie et n'exclut pas de récidiver

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2011

Fitch Ratings a dégradé vendredi la note de la dette souveraine de l'Italie d'un cran, à A+. L'agence n'exclut pas de la dégrader de nouveau, notamment si Rome ne parvient pas à respecter ses objectifs de réduction de la dette.

AFP - L'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a abaissé vendredi d'un cran la note de l'Italie, en raison des conséquences de l'agravation de la crise dans la zone euro, et n'exclut pas de la dégrader encore si le pays devait manquer ses objectifs de réduction du déficit.

Menace sur la zone euro

La note du pays revient ainsi à "A+", contre "AA-" jusqu'à présent. S'y attache une perspective "négative", qui implique que l'agence pourrait l'abaisser de nouveau à moyen terme, selon un communiqué.

Fitch était la dernière des trois grandes agences de notation internationales à ne pas avoir récemment abaissé la note de l'Italie.

Moody's la note désormais "A2" (soit trois crans de moins qu'auparavant) et Standard & Poor's à "A" (soit un cran de moins qu'auparavant). En dépit de sa décision de vendredi, Fitch continue à noter un peu mieux la dette souveraine de la péninsule que ses concurrentes (de l'ordre d'un cran de plus).

Dans son communiqué, Fitch explique que "le haut niveau de la dette publique et les besoins de financement budgétaire, cumulés avec le faible niveau de la croissance potentielle (du pays), ont rendu l'Italie particulièrement vulnérable à un choc externe", tel que celui généré par la crise de la zone euro.

"Si le récent collectif budgétaire a renforcé de manière substantielle l'effort de consolidation des comptes publics, les hésitations initiales du gouvernement italien pour apporter une réponse à la contagion ont aussi érodé la confiance du marché dans sa capacité à piloter efficacement le pays dans la crise de la zone euro", note l'agence.

Fitch prévient qu'elle serait amenée à abaisser de nouveau la dette du pays si le gouvernement devait s'écarter de son objectif de réduction de la dette publique.

Première publication : 07/10/2011

  • DETTE GRECQUE

    L'Eurogroupe sous pression pour parachever le second plan d'aide à la Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La Commission européenne défend la stratégie des États membres sur la dette

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Après Berlin, Madrid approuve la "règle d'or" budgétaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)