Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 08/10/2011

À la rencontre des travailleurs de Fukushima

Depuis le tsunami du 11 mars, des milliers de travailleurs se relaient à la centrale de Fukushima pour tenter de déblayer les débris radioactifs et de sécuriser le site. Ils viennent des quatre coins du pays et n’ont souvent aucune expérience du nucléaire. Rencontre avec des travailleurs pas comme les autres.

Dans le microcosme des journalistes de Tokyo, on nous avait prévenus qu’il serait difficile de rencontrer des travailleurs de Fukushima. Certains pourraient éventuellement nous parler, mais pas à visage découvert. Tepco, l’opérateur de la centrale accidentée, a été le premier à doucher nos projets en refusant chacune de nos demandes. Et pour cause : Tepco et ses sous-traitants interdisent strictement aux travailleurs de parler aux médias.

C’est une Japonaise, qui est devenue par la suite notre interprète, qui débloque le reportage. Chrétienne, elle a fait du volontariat auprès des sinistrés du tsunami à Iwaki, ville-dortoir des travailleurs située à 40 kilomètres au sud de la centrale. Par le biais d’un centre religieux, elle connaît un travailleur qui accepte de nous rencontrer. Il s’agit de Yukio, un personnage haut en couleur qui souhaite rétablir la vérité sur les employés de la centrale. "Oui, c’est un travail dur. Mais non, nous ne sommes pas des esclaves", déclare-t-il en substance.

Le reste est une histoire de chance… et de bluff. Nous nous rendons directement à  "J-Village", le quartier général des travailleurs de la centrale, situé au bord de la zone interdite des 20 kilomètres autour de la centrale. La première fois, nous sommes accompagnés par Sanai Yamauchi, un élu de la ville de Naraha dans la zone interdite. Mais ses contacts ne suffisent pas à nous faire rencontrer des travailleurs. Nous retournons pour interviewer des travailleurs au hasard à la sortie de "J-Village". Théoriquement, nous n’avons pas le droit d’être là. La plupart des travailleurs le savent et nous répondent par un salut plus ou moins poli. Mais quelques uns nous disent quelques mots. Petit à petit, on comprend pourquoi ils sont là, d’où ils viennent et ce qu’ils font à la centrale. Pas facile pour l’opérateur de la centrale de contrôler la communication de milliers d’hommes, surtout quand le turnover est impressionnant. Les ouvriers doivent partir avant d’atteindre leur plafond de dose radioactive.

Mais nous ne pouvions pas nous contenter de témoignages volés. Après plusieurs tentatives infructueuses, le gérant d’un hôtel proche de "J-Village" nous ouvre les portes de son établissement, couvert de photos de footballeurs. Mieux, il nous présente des travailleurs et nous fait visiter leurs chambres où ils s’entassent à deux ou à trois. Mais l’endroit est propre et dispose de bains chauds agréables, un must pour les ouvriers. Minoru, l’hôtelier, a refusé en bloc les journalistes japonais et il accepte plus facilement d’aider des étrangers. C’est moins compromettant. C’est peut-être cela qui nous aura le plus aidé.

Par Marie LINTON , Makiko Segawa , Guillaume BRESSION

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/03/2017 EUROPE

Vidéo : en Crimée, les dissidents matés par Moscou

Trois ans après l'annexion de la péninsule ukrainienne, la Russie a déployé tout son arsenal judiciaire et policier pour faire taire les voix dissidentes. Qu'il s'agisse des...

En savoir plus

17/03/2017 Amériques

Canada, le réveil autochtone

Si le Canada arrive en tête des classements internationaux pour sa qualité de vie, la réalité des peuples autochtones, dits aussi Premières Nations, est souvent comparée à celle...

En savoir plus

09/03/2017 Moyen-Orient

Irak : cauchemars d'enfance

En Irak, des milliers de civils fuient la bataille de Mossoul contre les jihadistes de l’organisation État islamique. Nombre d’entre eux se sont réfugiés dans des camps au nord...

En savoir plus

03/03/2017 Afrique

Libye : à Zintan, que reste-t-il de la révolution ?

Six ans après le déclenchement de la révolution, qui a conduit à la chute, puis à la mort de Mouammar Kadhafi, où en est la Libye ? Alors que le pays se fracture entre clans...

En savoir plus

24/02/2017 Moyen-Orient

Vidéo : les Kukis, juifs d'Inde descendants d'une tribu perdue d'Israël

Au nord-est de l’Inde, les Kukis se revendiquent comme les descendants de l’une des tribus perdues d’Israël. Devant leur ferveur, le grand rabbin d’Israël a autorisé les membres...

En savoir plus