Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Moyen-orient

Le président Saleh disposé à abandonner le pouvoir prochainement

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/10/2011

Le président yéménite, qui fait face à d'importantes manifestations contre son régime depuis plusieurs mois, a annoncé samedi qu'il comptait abandonner le pouvoir rapidement. Mais il s'est refusé à laisser le champ libre à l'opposition.

AFP - Le président contesté du Yémen, Ali Abdallah Saleh, s'est déclaré samedi disposé à abandonner le pouvoir "dans les prochains jours", mais a affirmé qu'il ne le remettrait pas à ses opposants.

"Je ne veux pas le pouvoir, et je l'abandonnerai dans les jours prochains", a dit dans un discours retransmis par les médias officiels M. Saleh, dont le départ est réclamé depuis fin janvier par un mouvement de contestation populaire.

"aujourd'hui, la population ne le croit pas"

Le chef de l'Etat s'est déchaîné dans ce discours décousu contre ses opposants, et affirmé qu'il y avait "des hommes sincères, qu'ils soient militaires ou civils", capables de gouverner le Yémen.

Il a affirmé que le pays faisait "face depuis neuf mois à un complot", dans une allusion à la vague de contestation. "Le peuple yéménite résiste depuis neuf mois à ce grand complot, comme ni la Tunisie, ni l'Egypte, ni la Libye ni aucun autre pays arabe n'a résisté", a-t-il dit.

M. Saleh a annoncé qu'il allait convoquer une réunion du Parlement dans les prochains jours, mais sans préciser si c'était dans le but de prendre une décision quelconque.

"Nous nous retrouverons dans les prochains jours pour expliquer au peuple la vérité et tous les développements en toute transparence", a-t-il dit.

Le président yéménite, au pouvoir depuis 33 ans, avait dit dans le passé qu'il était prêt à un transfert du pouvoir et à signer un plan des monarchies arabes du Golfe pour remettre le pouvoir à l'opposition, mais il n'avait pas agi en conséquence.

Interrogée par la chaîne arabe Al-Jazira, la militante yéménite Tawakkol Karman, qui a reçu vendredi le prix Nobel de la paix, a rejeté comme des mensonges les propos du chef de l'Etat.

"Nous ne croyons pas cet homme (...) il doit remettre le pouvoir qu'il a usurpé à la révolution. Nous poursuivrons notre révolution pacifique", a ajouté la jeune femme qui campe depuis des mois sur une place de Sanaa aux côtés d'autres opposants pour réclamer la chute de M. Saleh.

M. Saleh est retourné le 23 septembre à Sanaa après plus de trois mois d'absence en Arabie saoudite où il était soigné pour des blessures reçues lors d'une attaque le 3 juin contre son palais à Sanaa.

Les forces qui lui sont fidèles et commandées par des membres de sa famille, se sont opposées ces dernières semaines aux unités dissidentes de l'armée à Sanaa, faisant des dizaines de morts.

Dans une interview au Time et au Washington Post publiée le 29 septembre, M. Saleh a affirmé qu'il ne quitterait pas le pouvoir si ses anciens alliés devenus ses opposants étaient autorisés à participer à des élections, estimant que cela mènerait à une guerre civile.

Malgré les fortes pressions internationales et régionales pour partir, M. Saleh avait exclu de céder le pouvoir tant que ses adversaires et anciens alliés, le général dissident Ali Mohsen al-Ahmar et la tribu des Ahmar, auraient de l'influence.

Première publication : 08/10/2011

  • YÉMEN

    "Saleh brandit la carte du terrorisme à chaque fois qu'il est en mauvaise posture"

    En savoir plus

  • YÉMEN

    L'élimination de l'imam Al-Awlaqi fait débat aux États-Unis

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Les figures emblématiques d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)