Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Juppé n'est pas le Père Noël"

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

Moyen-orient

Les forces de sécurité ouvrent le feu aux funérailles d'un opposant kurde

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/10/2011

Deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées samedi par les forces de sécurité lors des funérailles d'un chef de l'opposition kurde et membre du Conseil national syrien, Mechaal Tamo, assassiné vendredi à son domicile de Qamichli.

AFP - Les forces de sécurité syriennes ont tiré samedi sur l'immense foule participant aux funérailles de l'opposant kurde Mechaal Tamo, assassiné la veille, faisant deux morts, selon des militants.

"pour l'opposition, il s'agit de répondre au régime"

Huit autres personnes ont péri dans la répression menée par les troupes du régime ailleurs en Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé au Royaume-Uni, dans un communiqué.

Les funérailles de Mechaal Tamo à Qamichli (nord-est) se sont transformées "en une manifestation de 50.000 personnes appelant à la chute du régime" du président Bachar al-Assad, a précisé l'OSDH.

Les forces de l'ordre ont ouvert le feu sur la foule, faisant deux morts et plusieurs blessés, a ajouté l'OSDH qui a accusé, de même que d'autres groupes de militants, le régime de l'assassinat de cet important opposant kurde.

Mechaal Tamo, 53 ans, qui avait rejoint le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a été tué vendredi par des inconnus à bord d'un véhicule alors qu'il se trouvait devant le domicile d'un ami à Qamichli, selon des militants.

Son fils Marcel, grièvement blessé dans cette attaque, a été hospitalisé, selon l'OSDH, qui a précisé qu'une militante kurde du Courant du Futur, le parti de M. Tamo, avait également été touchée.

L'agence officielle syrienne Sana a affirmé pour sa part que le responsable kurde avait été tué par des "hommes armés à bord d'une voiture noire".

Fondateur du Courant du Futur, un parti kurde libéral, Mechaal Tamo avait récemment été libéré après trois ans et demi de prison. Il avait rejeté une proposition de dialogue présentée aux partis kurdes par les autorités.

Les Comités de coordination locaux, qui chapeautent les manifestants, ont accusé "le régime de procéder aux liquidations physiques pour contrer la révolution, profitant du laxisme de la communauté internationale qui tarde à prendre les mesures (adéquates) face aux crimes contre le peuple syrien".

Plusieurs ambassades syriennes en Europe ont été envahies par des manifestants hostiles au régime de Bachar el-Assad.

A Berlin, une trentaine de manifestants ont pénétré dans l'ambassade dans la nuit de samedi à dimanche, a annoncé la police allemande. Le groupe a franchi la clôture d'enceinte pour s'introduire dans le bâtiment et est tombé nez à nez avec l'ambassadeur, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police.

Un chef de l'opposition kurde assassiné vendredi
A Genève, cinq manifestants kurdes d'origine syrienne ont été interpellés après s'être introduits dans les locaux de la Mission permanente de la Syrie à l'ONU. A Londres, trois hommes ont été arrêtés après être montés sur un balcon de l'ambassade et quatre autres personnes ont été interpellées, et à Vienne, 11 opposants syriens avaient été interpellés dans la nuit de vendredi à samedi après avoir pénétré dans l'ambassade.

La chef de la diplomatie de l'Union européenne Catherine Ashton a condamné "avec la plus grande fermeté" l'assassinat de Mechaal Tamo, de même que la Maison Blanche qui a appelé M. Assad à quitter le pouvoir "maintenant".

Pour la première fois, le président russe Dmitri Medvedev, dont le pays est un proche allié de Damas, a envisagé un départ de M. Assad s'il ne mène pas des réformes mais a réaffirmé son opposition à toute ingérence dictée par les Occidentaux.

Dans un nouveau signe de divisions de la communauté internationale sur la Syrie, les ministres vénézuelien et cubain des Affaires étrangères, Nicolas Maduro et Bruno Rodriguez, prendront dimanche la tête d'une mission régionale en Syrie pour soutenir M. Assad et repousser "toutes les formes d'interventionnisme" contre ce pays.

Parallèlement, quelque 90 représentants de l'opposition, dont des membres du CNS, sont réunis jusqu'à dimanche au nord de Stockholm. Burhan Ghalioun, figure historique de l'opposition et représentant provisoire du CNS, participe à la réunion, selon le Centre international Olof Palme.

Créé fin août à Istanbul, le CNS rassemble la majorité des courants de l'opposition, en particulier les LCC, les libéraux, les Frères musulmans et des partis kurdes et assyriens. Il cherche à rallier le soutien des pays arabes et à développer ses contacts avec les pays occidentaux.

Des opposants du CNS se trouvaient aussi au Caire mais leur réunion destinée à élire une direction a été reportée à une date indéterminée en raison de "problèmes techniques", selon l'un des membres de la coalition.

Ailleurs en Syrie, trois civils sont morts à Douma près de Damas, dont un par des tirs des troupes contre des funérailles, selon l'OSDH. Trois autres ont été tués à Hama (nord), un quatrième à Homs (centre) et un autre a succombé à ses blessures infligées en détention à Damir dans la région de Damas.

D'après l'ONU, la répression du mouvement de contestation du régime de M. Assad a fait plus de 2.900 morts depuis le 15 mars.

Première publication : 08/10/2011

  • SYRIE

    Un opposant kurde, membre du Conseil national syrien, assassiné

    En savoir plus

  • SYRIE

    Moscou envisage pour la première fois un départ d'Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Près de 3 000 personnes tuées depuis le début de la répression, selon l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)