Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Moscou envisage pour la première fois un départ d'Assad

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/01/2012

Pour la première fois vendredi, la Russie a envisagé le départ du président syrien Bachar al-Assad. Le président russe, Dmitri Medvedev, a néanmoins rappelé qu'il s'opposait à l'ingérence des Occidentaux pour trouver une issue à la crise syrienne.

AFP - Le président russe Dmitri Medvedev a envisagé pour la première fois le départ de Bachar al-Assad, estimant vendredi que le régime syrien devait faire des réformes ou partir, même si Moscou maintient son opposition à toute ingérence dictée par les Occidentaux.

"Nous travaillons activement avec les dirigeants syriens pour qu'ils procèdent aux réformes indispensables. S'ils ne sont pas capables de mener ces réformes, ils doivent partir", a déclaré M. Medvedev au cours d'une réunion de Conseil de sécurité russe.

"Mais c'est au peuple et au régime syrien de décider cela, et non pas à l'Otan ou à certains pays européens", a ajouté le président russe, avertissant que Moscou continuerait de bloquer à l'ONU "des sanctions visant à déboucher sur des changements de régime".

Ces déclarations interviennent quelques jours après le veto de la Russie et de la Chine - membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU - à un projet de résolution sur la sanglante répression des manifestations en Syrie.

Les pays occidentaux qui avaient présenté mardi un projet appelant à des "mesures ciblées" contre la Syrie ont vivement dénoncé la décision de la Russie et de la Chine, la répression des manifestations par le régime de Damas ayant fait, selon l'ONU, plus de 2.700 morts depuis la mi-mars.

Alliée de longue date de la Syrie, à laquelle elle fournit des armements, la Russie s'est défendue d'être l'avocate du régime de Damas et a fait valoir qu'elle accueillerait en octobre deux délégations de l'opposition syrienne comme elle l'a déjà fait - sans grand résultat - par le passé.

Moscou avait proposé à l'ONU son propre projet de résolution écartant toute idée de sanction et insistant la nécessité d'un dialogue politique, comme elle le fait depuis des mois.

Vendredi, M. Medvedev a reproché aux auteurs du texte de ne pas y avoir inclus une clause selon laquelle il n'y aurait "aucune ingérence militaire dans ce conflit", Moscou disant vouloir éviter une répétition du scénario libyen.

Après avoir permis, en s'abstenant au Conseil de sécurité, les bombardements de l'Otan en Libye, la Russie a vivement critiqué l'Alliance atlantique, lui reprochant d'avoir outrepassé le mandat accordé par les Nations unies en cherchant à renverser le régime du colonel Kadhafi.

Au début de la révolte en Syrie à la mi-mars, la Russie soutenait le régime de Bachar al-Assad et a souligné par la suite que celui-ci s'était engagé à faire des réformes démocratiques.

A partir de l'été, le Kremlin a commencé à dire que le régime syrien était responsable de la sanglante répression des manifestations dans le pays, tout en appelant le régime à mettre en place des réformes.

Désormais, Moscou envisage un possible départ du président Assad, de plus en plus isolé sur la scène internationale.

Dans le même temps, la Russie affirme que l'opposition syrienne compte dans ses rangs des "terroristes" qui risqueraient d'arriver au pouvoir dans l'hypothèse d'une chute du régime.

En Libye, la Russie avait longtemps soutenu son fidèle allié Mouammar Khadafi.

Première publication : 08/10/2011

  • SYRIE

    Un opposant kurde, membre du Conseil national syrien, assassiné

    En savoir plus

  • SYRIE

    Al-Assad peut compter sur le soutien indéfectible de Moscou et Pékin

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pékin et Moscou font capoter la résolution de l'ONU contre le régime syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)