Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Afrique

À Syrte, les combats se poursuivent entre fidèles de Kadhafi et pro-CNT

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/10/2011

À Syrte, les combattants loyaux au dirigeant libyen en fuite Mouammar Kadhafi livrent une résistance acharnée face à l'opération menée par les forces du nouveau régime qui restent néanmoins optimistes estimant la "fin de la guerre proche".

AFP - Les forces du nouveau régime libyen ont lancé une vaste opération pour chasser les derniers partisans de Mouammar Kadhafi de leur bastion de Syrte, mais ne progressaient que lentement pour le moment, les loyalistes faisant preuve d'une résistance acharnée.

"Les dernières batailles sont toujours les plus terribles", a estimé samedi à Tripoli le président du Conseil national de transition (CNT, ex-rébellion), Moustapha Abdeljalil, qui a reconnu que les combats en cours à Syrte étaient "féroces".

"Nos combattants, encore aujourd'hui, ont affaire à des tireurs embusqués postés sur des points hauts à Syrte", a-t-il dit lors d'une conférence de presse avec les ministres de la Défense italien et britannique.

Le chef du CNT a évoqué un bilan de 15 morts et 180 blessés vendredi dans les rangs des pro-CNT à Syrte, ville côtière située à 360 kilomètres à l'est de Tripoli et où les forces du nouveau régime ont lancé vendredi une "grosse opération", selon des commandants.

Malgré leur détermination, les combattants du régime de transition progressaient lentement dans le centre-ville et plusieurs zones stratégiques où les pro-Kadhafi se sont retranchés.

Samedi, les pro-CNT sont toutefois parvenus à prendre le contrôle d'un important axe routier reliant le centre-ville au Centre de conférence Ouagadougou, situé plus au sud, selon un journaliste de l'AFP.

Ce vaste rectangle de béton en forme de blockhaus, ancien haut-lieu des sommets panafricains, est un objectif important pour les forces du CNT et fait l'objet depuis plusieurs jours d'âpres combats de rue et à l'arme lourde.

Vendredi, le commandant pro-CNT Nasser Abou Zian avait reconnu vendredi l'échec des attaques contre ce centre, la plupart des combattants ayant dû se retirer sous le feu des roquettes et des tireurs embusqués.

"On leur tape dessus depuis des jours: à la roquette, au char, au canon, rien ne bouge. C'est à peine si la peinture est égratignée", avait déploré dans la soirée le servant d'une mitrailleuse.

Selon plusieurs combattants, l'offensive a permis la prise d'un complexe de 700 appartements près du Centre de conférences. Elle a également été l'occasion d'une démonstration de force des pro-CNT, qui ont poussé de tous côtés dans un effort coordonné, depuis l'ouest, le sud et l'est, afin d'acculer les pro-Kadhafi vers la mer, avec le soutien aérien de l'Otan.

Mais à mesure que l'étau se resserre, les tirs fratricides augmentent. A plusieurs reprises vendredi, des combattants ont reçu l'ordre d'arrêter de tirer parce qu'ils touchaient d'autres pro-CNT quelques kilomètres plus loin, selon un journaliste de l'AFP.

Sur le plan humanitaire, la situation des civils restait critique. Selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), "plusieurs milliers de civils sont toujours bloqués dans Syrte" et seuls quelques médecins étaient encore présents à l'hôpital Ibn Sina, le principal de la ville, pour soigner les blessés.

"En raison des combats dans la zone, la plupart des patients ont été déplacés des salles vers les couloirs et l'hôpital est plein de civils venus du quartier, dont de nombreuses femmes et des enfants en bas âge", a déclaré Cordula Wolfisberg, médecin de la Croix-Rouge qui a pu pénétrer dans l'hôpital jeudi.

Plus au sud, à Bani Walid, vaste oasis au relief accidenté à 170 kilomètres au sud-est de Tripoli, les fidèles de l'ancien "Guide" en fuite opposaient eux aussi une résistance toujours opiniâtre, que les pro-CNT tentaient à nouveau de contourner en négociant avec les tribus de la ville.

Selon le commandant pro-CNT Omar Fifao, une délégation a été chargée de discuter avec des représentants des tribus. La rencontre devait avoir lieu vendredi ou samedi, en dehors de la ville.

"Nous avons demandé une réunion afin de pouvoir entrer à Bani Walid sans combat, mais s'il n'y a pas d'accord, nous n'aurons d'autre choix que d'attaquer", a-t-il déclaré à l'AFP, en évoquant un délai de "deux jours".

Des milliers d'habitants de Bani Walid ont fui la ville depuis plusieurs semaines, mais l'exode se poursuit. Selon le commandant Omar Binma, "entre 50 et 80 voitures transportant des familles sortent tous les jours de Bani Walid".

Malgré les combats, la relance de la production pétrolière libyenne, qui était de 1,6 million de barils par jour (b/j) avant le conflit lancé le 15 février et avait quasiment cessé, semble efficace, avec déjà 350.000 b/j, selon le Middle East Economic Survey (MEES).



 

Première publication : 08/10/2011

  • LIBYE

    Intenses combats autour de l'université à Syrte

    En savoir plus

  • LIBYE

    Kadhafi appelle les Libyens à se dresser "par millions" contre le CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les forces du CNT affirment contrôler la majeure partie de Syrte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)