Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Valls prêt à lâcher du lest

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gilberto Rodrigues Léal : le MUJAO annonce la mort du français enlevé au Mali

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové et Guy Verhofstadt, candidats à la présidence de la Commission européenne

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Elio Di Rupo, Premier ministre belge

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : les coulisses d'une libération

En savoir plus

FOCUS

Dans la ville natale de Jean Paul II, la "papamania" est au beau fixe

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • Ligue des champions : à Madrid, Chelsea neutralise l'Atlético

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l’incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

  • Ryan Giggs joue les entraîneurs pour Manchester United

    En savoir plus

  • Washington lie la Russie aux séparatistes ukrainiens, photos à l’appui

    En savoir plus

Afrique

Les Camerounais ont voté pour l'élection présidentielle promise à Paul Biya

©

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/10/2011

Le président sortant Paul Biya affronte une opposition divisée au premier et unique tour de la présidentielle camerounaise. Mais ses adversaires dénoncent déjà ce scrutin, arguant de retards et de votes multiples dans certains bureaux.

AFP - Les Camerounais ont voté dimanche à l'élection présidentielle à un tour qualifiée de "cacophonie" par l'opposition et dont le vainqueur désigné semble être le président sortant Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, et qui brigue un sixième mandat.


Amadou noam njoya, président de l'udc

Infatigable à 78 ans, M. Biya, dont la campagne électorale a été à la fois discrète et présente, affrontait 22 candidats dont son opposant historique John Fru Ndi, son unique véritable challenger, leader du Social democratic Front (SDF).

Mais d'ores et déjà, la participation au scrutin s'annonce faible à la présidentielle au Cameroun, pays qui compte 20 millions d'habitants et des frontières avec le Nigeria, le Tchad, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, et la Guinée Equatoriale.

"La participation est franchement très faible (...) Mais, nous ne pourrons faire de vraies estimations qu'à partir des dépouillements" des bulletins de vote, a affirmé à l'AFP Narcisse Arido, un Centrafricain membre de la Société civile africaine, une plate-forme réunissant plusieurs ONG.

Les Camerounais ne "sont pas intéressés (par l'élection) parce qu'ils ont l'impression que les autres candidats ne font pas le poids face à M. Biya", a affirmé le président d'un bureau de vote sous couvert d'anonymat.

A Douala, un journaliste de l'AFP qui s'est rendu dans plusieurs bureaux de vote n'a pas noté de files d'attentes. Dans un autre bureau du quartier Deido de Douala, sur 300 personnes inscrites sur les listes, seule une cinquantaine avaient voté en début d'après-midi.

La tendance était la même à Yaoundé. Vers 14H00, une trentaine de votants sur près de 440 inscrits avaient voté dans un des bureaux de l'école Mada Bilingual Dominiom alors qu'à 16H20, à peine 200 sur 439 inscrits avaient voté dans un bureau du quartier Nkolndongo.

Les bureaux ont commencé à fermer à 18h00 locales (17H00 GMT) et le dépouillement des bulletins a commencé dans de nombreux bureaux de Yaoundé, la capitale camerounaise et à Douala (sud), la capitale économique.

Toutefois, la présidentielle camerounaise a enregistré des retards au démarrage dans la plupart des bureaux de vote à Yaoundé et Douala, certains ont même connu plusieurs heures de retard.

"C'est la cacophonie totale: certains bureaux ont ouvert avec du retard (...) En plus, il y a des votes multiples par endroits", a déclaré un des vice-présidents du SDF Joshua Osih.

"On nous a signalé un bureau dans une commune du sud-ouest du pays où il n'y a que les bulletins de vote du RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais, parti du président Paul Biya)", a-t-il dit.

M. Fru Ndi a voté dans son fief de Bamenda (nord-ouest anglophone), a ajouté M. Osih.

"Nous avons été confrontés à plusieurs cas de vote multiple", a affirmé une observatrice à Yaoundé. Des problèmes similaires ont été signalés par des observateurs dans l'extrême-nord du pays, notamment à Kousseri.

Paul Biya, que ses adversaires accusent d'avoir verrouillé l'élection à son avantage, a voté quant lui dans la matinée à Yaoundé.

"Nous sommes pour la transparence, pour des élections libres (...) J'attends de voir qui sera élu", a déclaré M. Biya après avoir voté.

Il a défendu la commission électorale Elecam (Elections Cameroon), "un organisme jeune (qui) a beaucoup fait". "Je demande qu'on soit indulgent vis-à-vis des imperfections éventuelles mais il n'y a aucune volonté de fraude".

Prédisant une surprise "historique", un candidat de l'opposition, Anicet Ekane, a quant à lui évoqué la révolution tunisienne de janvier qui a fait tomber le président Ben Ali après 23 ans au pouvoir après une révolte populaire sans précédent.

"On pensait qu'une chose pareille (la révolution tunisienne) ne pouvait pas arriver. On est convaincu qu'il y aura quelque chose d'historique ce soir", a déclaré M. Ekane sans donner davantage de précisions.

Les mesures de sécurité ont été renforcées à Yaoundé et Douala (sud) dans la perspective du scrutin.

Cette présidentielle s'inscrit dans un contexte social lourd: un tiers des 20 millions de Camerounais n'a pas accès à l'eau potable et à l'électricité et une personne sur quatre vit avec moins de 1,1 euro par jour.

Le taux de croissance du pays (3,2% en 2010) considéré comme un des plus corrompus au monde, est le plus faible de la sous-région.

La Cour suprême dispose de 15 jours maximum pour publier les résultats du scrutin. La commission électorale a interdit la publication d'estimations.

 

Première publication : 09/10/2011

  • CAMEROUN

    Biens mal acquis : l'entourage du président dénonce une manipulation

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)