Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

  • Vidéo : Marine Le Pen voit la diplomatie française comme "un canard sans tête"

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

FRANCE

À Boulogne-Billancourt, fief de l'UMP, "les gens se déplacent en nombre, c’est bon signe."

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 09/10/2011

À Boulogne-Billancourt (92), ville votant traditionnellement à droite, le premier tour de la primaire socialiste n'a pas laissé les habitants indifférents, au vu de l'affluence dans l'un des bureaux de vote de la ville. Reportage.

"Je ne vote pas dans ce bureau, mais je vais où alors ?", "Auriez-vous la monnaie sur 5 euros ?" En cette première journée de vote pour la primaire socialiste, les questions ne manquent pas. Au deuxième étage de la Maison du Combattant et du Soldat de Boulogne-Billancourt (92) où a été installé l’un des huit bureaux de vote de la ville, le premier tour n’est pas de tout repos. Certains électeurs n'ont pas d’argent pour régler les 1 euro de participation obligatoire, d'autres ne sont pas inscrits sur les listes ou ont oublié leur carte d’identité... À chacun sa malchance électorale.

"Oui bien sûr, il y a quelques problèmes. Malgré notre plan de communication, il y a toujours des oreilles distraites", reconnaît Vincent Guibert, l’un des assesseurs du bureau de vote alors qu’un électeur quitte la salle, visiblement agacé de s’être trompé de bureau. "Mais dans l’ensemble, tout se passe plutôt bien", ajoute-t-il . "Et puis, il y a une affluence continue depuis 9h ce matin."

"Je t’ai dit Montebourg !"

Un électeur choisit l'un des six candidats dans le bureau de vote de la Maison du Combattant, à Boulogne.

La petite salle boulonnaise ne reste en effet jamais vide. La pluie et le froid n’ont pas entaché la motivation des électeurs concernés, venus nombreux pour élire leur candidat à la prochaine élection présidentielle. À 92 ans, Evelyne, trempée de la tête aux pieds, n’a pas hésité à braver la météo pour venir soutenir la maire de Lille. "J’ai voté Martine Aubry", confie-t-elle à demi-mot, au bras de son mari. "Mais surtout, j’ai voté pour mettre toutes les chances du côté de la gauche pour éliminer Sarkozy", lâche-t-elle en riant. "Celui-là, vraiment, je n’en peux plus."

Autour d’elle, les gens sourient, se saluent, se reconnaissent. L’ambiance est bon enfant. Beaucoup confient avoir voté pour la candidate lilloise. "C’est elle qui porte le mieux les valeurs de la gauche. Hollande n’a pas besoin de ma voix, il a déjà toutes celles des centristes", explique Andréa, une étudiante. Devant elle, un groupe d’amis vivant dans le même quartier est venu voter. Bien que tous ces trentenaires se disent "gauchistes de la première heure", leurs avis diffèrent sur le choix du candidat. Et même au seuil de l’isoloir, certains tentent encore de convaincre les autres. "Montebourg ou Aubry ? Aubry ou Montebourg ?", hésite à haute voix Jules. "Je t’ai dit Montebourg !", lui rétorque une amie un brin moqueuse, malgré les rappels à l’ordre des assesseurs qui insistent à plusieurs reprises sur le "secret du bulletin."

"Je vais voter raisonnable, encore une fois !"

Derrière eux, Anne, une Boulonnaise d’une soixantaine d’années, est moins enthousiaste. "Je vais voter raisonnable, encore une fois !", confie-t-elle, un peu blasée. "Je vais voter François Hollande pour qu’il se détache clairement du lot et qu’il soit crédible face à la droite", explique-t-elle "mais mon cœur me disait de voter Montebourg", ajoute-t-elle avant de renfiler sa casquette pour affronter la pluie.

À 13h, la présidente du bureau de la Maison du Combattant, Delphine Lancrenon, annonce les premiers chiffres de participation de son bureau. Sur les 7 300 inscrits sur les listes électorales, 216 sont déjà venus voter. "C’est plutôt bien", lâche un de ses adjoint assis à ses côtés. "Apparemment, la mobilisation est une vraie réussite", renchérit-il. Et pour cause, à 16h, la barre du million de votants a été franchie au niveau national, selon la direction du Parti socialiste. En ligne avec les autres assesseurs des bureaux boulonnais, Vincent Guibert confirme la forte mobilisation. "Les gens se déplacent en nombre, c’est bon signe."

"Les militants UMP, on les connaît, ils n’osent pas se montrer"

Dans cette ville pourtant acquise à la majorité présidentielle, aucun incident n’est à déplorer. "Vous n’avez pas vu des militants de droite ?", demande l'un des votants à un assesseur. "Non, pas vraiment", lui répond-on laconiquement. Pour Vincent Guibert, le vote UMP est, de toute façon, un risque mineur. "On les connaît, ils n’osent pas se montrer", explique-t-il.

En attendant la fermeture du bureau à 19h, Vincent Guibert et Delphine Lancrenon ont prévu de passer "le plus clair de la journée" à suivre la mobilisation via leurs téléphones portables. "Nous sommes en relation constante avec nos collègues des autres bureaux, pour suivre en quasi-direct le déroulement de cette première journée, mais je suis sûr que tout va se dérouler à merveille et que ce scrutin sera un succès", pronostique Vincent Guibert. Pas d’inquiétude non plus du côté du dépouillement. "Une suspicion de fraude serait une catastrophe pour notre image", explique-t-il avant de conclure : "Personne ne prendrait le risque de frauder. Enfin je l’espère. Un bourrage d’urnes signerait clairement notre défaite en 2012."

Première publication : 09/10/2011

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Primaire socialiste : les grandes inconnues du scrutin

    En savoir plus

  • PRIMAIRE SOCIALISTE

    Près de deux millions de votants à la fermeture des bureaux de vote

    En savoir plus

  • PRIMAIRE SOCIALISTE

    Les dés sont jetés après le troisième et dernier débat télévisé‎

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)