Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Afrique

Les forces du CNT prennent le contrôle de deux places fortes de Syrte

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/10/2011

Les forces du Conseil national de transition (CNT) ont pris dimanche le contrôle de l'université et du centre de conférences Ouagadougou, deux places fortes des pro-Kadhafi à Syrte.

AFP - Les forces du nouveau régime libyen ont réalisé une percée majeure dimanche à Syrte, principal bastion des derniers fidèles de Mouammar Kadhafi, en prenant notamment le contrôle de l'université et du centre de conférences Ouagadougou, au prix de combats meurtriers.

Elles ont également pris l'aéroport de Bani Walid, autre fief des forces loyalistes à 170 km au sud-est de Tripoli, a déclaré à l'AFP le commandant Moussa Younès, chef des forces du Conseil national de transition (CNT) sur place.

A Syrte, ville symbole située à 360 km à l'est de Tripoli, les combattants CNT subissaient un bombardement de la part des forces pro-Kadhafi qui tenaient toujours le centre-ville, selon un journaliste de l'AFP, ayant fait état d'intenses affrontements.

"Les combats sont très durs, très très intenses, ils n'ont jamais été aussi durs", a affirmé un combattant au nord du Centre ouagadougou.

Dans l'après-midi, le Centre était entièrement sous contrôle des pro-CNT, selon le journaliste de l'AFP.

Construit au sud de Syrte pour accueillir des sommets panafricains et devenu une base pro-Kadhafi, ce bâtiment ultra-moderne représentait un objectif majeur des pro-CNT depuis le début de leur offensive sur la ville le 15 septembre.

Sur place, plusieurs combattants s'acharnaient sur les portraits de Mouammar Kadhafi et les drapeaux verts de l'ancien régime. Certains avaient pris leurs quartiers dans une salle de conférence épargnée par les tirs où un énorme écran plat avait survécu comme par miracle.

"Tout ça c'est l'argent des Libyens. C'est notre argent. Aucun habitant de Syrte ne pouvait venir ici", relève un combattant pro-CNT qui se détend sur un canapé.

Quelques heures plus tôt, les forces du nouveau régime avaient pris le contrôle de l'université de Syrte, autre place forte des pro-Kadhafi ravagée par les combats à quelques centaines de mètres au sud-est du centre de conférences, selon le journaliste de l'AFP.

"Nous avons libéré la zone des chiens de Kadhafi", a affirmé un commandant pro-CNT, Nasser Zamoud, alors que des centaines de combattants arpentaient le campus et celui, attenant, de la "nouvelle université", immense chantier avec des dizaines d'immeubles en construction depuis lesquels les tireurs pro-Kadhafi ont fait des ravages.

Sur le front ouest de Syrte, les combattants pro-CNT continuaient de progresser. Ils contrôlaient notamment l'hôpital Ibn Siba, le plus grand de la ville, selon un reporter de l'AFP.

Les étages de l'hôpital étaient totalement soufflés. Les malades étaient rassemblés dans les couloirs du rez-de-chaussée, parfois inconscients, selon ce journaliste, qui fait état de nombreux blessés graves, surtout des hommes jeunes.

"Ce n'était plus un hôpital. Nous n'avions pas de médicaments, pas d'oxygène. Nous avons vidé les étages supérieurs en raison des bombardements", a affirmé le docteur Nabil Lamine.

"Nous avons fait 50 prisonniers (à l'hôpital), en majorité des mercenaires. Ils étaient allongés sur des lits, faisant semblant d'être blessés, certains l'étaient vraiment. a affirmé à un journaliste de l'AFP Oussama Swehli Mouttawa, un commandant du CNT. "Nous avons trouvé des Kalachnikov et d'autres armes sous leur lit", a-t-il ajouté.

Les pro-CNT se sont également emparés d'un palais de l'ancien "Guide", connu comme sa "ferme" et situé tout près de l'hôpital, selon le journaliste de l'AFP. Depuis les abords du palais, dont une partie a été détruite par une frappe de l'Otan, les combattants continuaient à tirer des roquettes Grad en direction du coeur de la ville.

Aucun bilan complet n'était disponible dans l'immédiat, mais selon le personnel d'un hôpital de campagne à l'ouest de Syrte, neuf combattants pro-CNT ont été tués et 88 blessés dimanche. Les combats de vendredi et samedi avaient déjà fait 18 dans les rangs des pro-CNT et près de 300 blessés sur le seul front ouest.

"Les dernières batailles sont toujours les plus terribles", avait estimé samedi Moustapha Abdeljalil, le président du CNT, qui entend proclamer la "libération" du pays à la chute de l'ensemble de la région de Syrte.

Des habitants continuaient de fuir les combats. "Notre appartement a été détruit par un tir de mitrailleuse. Nous vivions dans les escaliers. Nous avons attendu longtemps (avant de fuir) parce que les pro-Kadhafi nous ont dit que si nous partions, ils ne nous laisseraient jamais revenir", a expliqué Nasser Hamid, fuyant avec sa famille.

"Les volontaires pro-Kadhafi disent qu'ils en ont marre, ils ne veulent plus se battre. Ils jettent leurs armes dans les poubelles", a assuré son épouse, Salima Ali Omar.

Plus au sud, les combattants pro-CNT qui assiègent depuis plus d'un mois l'oasis de Bani Walid, ont pris le contrôle de l'aéroport de la ville.

Selon le commandant Moussa Younès, joint de Tripoli, des combats violents ont opposé ses forces aux partisans du leader en fuite à un kilomètre du centre de la ville, désertée par ses habitants.

Les pro-kadhafi tiraient à l'artillerie lourde, a déclaré ce commandant, sans fournir de bilan sur d'éventuelles victimes dans ses rangs.

Première publication : 09/10/2011

  • LIBYE

    À Syrte, les combats se poursuivent entre fidèles de Kadhafi et pro-CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Intenses combats autour de l'université à Syrte

    En savoir plus

  • LIBYE

    Kadhafi appelle les Libyens à se dresser "par millions" contre le CNT

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)