Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Culture

Deux cinéastes accusés d'espionnage libérés après un mois de prison

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/10/2011

Les réalisateurs Mohsen Shahnazdar et Nasser Safarian (photo) ont été libérés après un mois de détention. Ils avaient été arrêtés, avec quatre autres cinéastes iraniens, pour cause d'espionnage pour le compte de la BBC.

AFP - Deux des six cinéastes iraniens arrêtés à la mi-septembre pour collaboration avec la chaîne de télévision en persan de la BBC, ont été libérés dimanche soir, a rapporté lundi l'agence Isna.

Nasser Safarian et Mohsen Shahnazdar ont été libérés, selon un communiqué de l'Association des documentaristes iraniens, cité par Isna.

Selon l'agence, Nasser Safarian a versé une caution de 2 milliards de rials (160.000 dollars).

Les six cinéastes, Mojtaba Mirtahmasb, Nasser Saffarian, Hadi Afarideh, Mohsen Shahnazdar, Shahnam Bazdar et Katayoun Shahabi, avaient été arrêtés à la mi-septembre pour avoir fourni "des informations et des films noircissant l'image de l'Iran" à la chaîne en persan de la télévision britannique, bête noire des autorités de Téhéran.

Le ministre des Renseignements, Heydar Moslehi avait accusé le 25 septembre dernier "les services de renseignement britanniques" de mener "de nouvelles activités destructrices et anti-iraniennes sous couvert de la BBC en persan".

Il a affirmé que "toute collaboration directe ou indirecte est interdite" avec cette chaîne.

La chaîne en persan de la BBC, très regardée en Iran malgré son brouillage par les autorités, est régulièrement accusée par Téhéran de participer à un "complot" occidental pour déstabiliser le régime iranien.

Les milieux cinématographiques proches de l'opposition ont toutefois rejeté "la version selon laquelle les cinéastes indépendants iraniens arrêtés seraient des espions au service de la BBC", tandis que la chaîne a de son côté démenti les employer.

Fin septembre, les principaux responsables et figures du cinéma français, du Festival de Cannes aux associations d'auteurs et de réalisateurs, ont appelé à signer une pétition internationale de soutien aux cinéastes iraniens emprisonnés.
 

Première publication : 10/10/2011

  • TUNISIE

    Près de 200 salafistes attaquent le siège de Nessma TV après la diffusion de Persépolis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)