Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'"apartheid" de Manuel Valls : un grand mot et des petits remèdes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emailgate" : "Hillary est sa pire ennemie"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

DÉBAT

La Libye dans le chaos : l'avenir du pays se joue-t-il au Maroc ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En trois ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

DÉBAT

Départementales 2015 : le Parti socialiste doit-il s'inquiéter ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Culture

Deux cinéastes accusés d'espionnage libérés après un mois de prison

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/10/2011

Les réalisateurs Mohsen Shahnazdar et Nasser Safarian (photo) ont été libérés après un mois de détention. Ils avaient été arrêtés, avec quatre autres cinéastes iraniens, pour cause d'espionnage pour le compte de la BBC.

AFP - Deux des six cinéastes iraniens arrêtés à la mi-septembre pour collaboration avec la chaîne de télévision en persan de la BBC, ont été libérés dimanche soir, a rapporté lundi l'agence Isna.

Nasser Safarian et Mohsen Shahnazdar ont été libérés, selon un communiqué de l'Association des documentaristes iraniens, cité par Isna.

Selon l'agence, Nasser Safarian a versé une caution de 2 milliards de rials (160.000 dollars).

Les six cinéastes, Mojtaba Mirtahmasb, Nasser Saffarian, Hadi Afarideh, Mohsen Shahnazdar, Shahnam Bazdar et Katayoun Shahabi, avaient été arrêtés à la mi-septembre pour avoir fourni "des informations et des films noircissant l'image de l'Iran" à la chaîne en persan de la télévision britannique, bête noire des autorités de Téhéran.

Le ministre des Renseignements, Heydar Moslehi avait accusé le 25 septembre dernier "les services de renseignement britanniques" de mener "de nouvelles activités destructrices et anti-iraniennes sous couvert de la BBC en persan".

Il a affirmé que "toute collaboration directe ou indirecte est interdite" avec cette chaîne.

La chaîne en persan de la BBC, très regardée en Iran malgré son brouillage par les autorités, est régulièrement accusée par Téhéran de participer à un "complot" occidental pour déstabiliser le régime iranien.

Les milieux cinématographiques proches de l'opposition ont toutefois rejeté "la version selon laquelle les cinéastes indépendants iraniens arrêtés seraient des espions au service de la BBC", tandis que la chaîne a de son côté démenti les employer.

Fin septembre, les principaux responsables et figures du cinéma français, du Festival de Cannes aux associations d'auteurs et de réalisateurs, ont appelé à signer une pétition internationale de soutien aux cinéastes iraniens emprisonnés.
 

Première publication : 10/10/2011

  • TUNISIE

    Près de 200 salafistes attaquent le siège de Nessma TV après la diffusion de Persépolis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)