Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

L'opposition dénonce des fraudes lors du scrutin présidentiel de dimanche

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2011

Le Front social-démocrate, premier parti d'opposition camerounais, a dénoncé des fraudes lors du scrutin présidentiel de dimanche. Paul Biya, au pouvoir depuis 1982 et candidat à sa succession, évoque de possibles "imperfections".

REUTERS - Le premier parti de l'opposition camerounaise a dénoncé lundi des fraudes lors de l'élection présidentielle organisée la veille et qui devrait donner un nouveau mandat à Paul Biya.

"Nos avocats sont déjà en train de rassembler des preuves pour montrer qu'il y a eu de la fraude partout", a dit à Reuters Elizabeth Tamajong, secrétaire générale du Front social-démocrate (SDF).

Paul Biya, au pouvoir sans interruption depuis 1982, a reconnu que quelques "imperfections" avaient pu avoir lieu mais démenti une quelconque fraude.

D'après des observateurs électoraux, les opérations de vote se sont déroulés sans incident majeur. Il y a eu ponctuellement des retards et des irrégularités dans les files d'attente notamment.

L'issue du scrutin ne devrait pas être connue avant plusieurs jours, la commission électorale n'étant pas autorisée à diffuser de résultats partiels.

Il n'existe pas pour le moment de chiffre officiel de participation mais les Camerounais, pour beaucoup indifférents en raison du manque d'enjeu de la consultation, ne se sont apparemment pas empressés devant les bureaux de vote à Yaoundé, la capitale.

Première publication : 10/10/2011

  • CAMEROUN

    Biens mal acquis : l'entourage du président dénonce une manipulation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)