Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Moyen-orient

Dimanche meurtrier dans le pays, l'UE salue la création du CNS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/10/2011

La Syrie a vécu dimanche une nouvelle journée meurtrière. Plus de 30 personnes ont péri sous la répression du régime. L’Union européenne a de son côté salué la création du Conseil national syrien, regroupant la plupart des courants d'opposition.

AFP - L'Union européenne (UE) a salué lundi la création du Conseil national syrien (CNS) regroupant la majorité des courants de l'opposition au président syrien Bachar al-Assad, dont le régime cherche depuis sept mois à écraser dans le sang le mouvement de contestation.

Dimanche, les violences à travers le pays ont encore fait 31 morts, a annoncé lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'UE, qui s'apprête à renforcer les sanctions contre le régime, "salue les efforts de la population syrienne pour établir une plateforme (de l'opposition) unie et appelle la communauté internationale à faire de même. La création du CNS constitue un pas positif", affirme un projet de document qui doit être approuvé par les ministres européens des Affaires étrangères.

Les Européens se félicitent notamment de l'engagement du CNS à défendre la non-violence et les "valeurs démocratiques", et réaffirment la nécessité pour le président Assad de quitter le pouvoir "pour permettre la transition".

Pour leur part, des membres du CNS s'activent pour s'assurer du soutien des pays arabes et développer ses contacts sur le plan international.

Environ 90 représentants de plusieurs groupes d'opposition, dont des membres du CNS, se sont réunis près de Stockholm samedi et dimanche sous les auspices du Centre international Olof Palme. Une délégation du CNS est attendue en outre à Moscou en octobre.

Lancé officiellement le 2 octobre à Istanbul, le CNS réunit pour la première fois la majeure partie des courants politiques, comptant notamment dans ses rangs les Comités locaux de coordination (LCC) qui chapeautent les manifestations sur le terrain, les libéraux, la confrérie des Frères musulmans interdite de longue date en Syrie, ainsi que des partis kurdes et assyriens.

Le représentant du Kremlin pour les crises dans le monde arabe, Mikhaïl Marguelov, a reçu de son côté lundi une délégation présentée comme étant une branche "modérée" de l'opposition.

La délégation, que d'autres opposants syriens accusent d'être des proches du régime d'Assad, est conduite par un chef du parti communiste syrien, Qadri Jamil.

"Nous sommes prêts à organiser une table ronde pour que les représentants de l'opposition et du pouvoir puissent se mettre d'accord, à Moscou ou ailleurs", a déclaré M. Marguelov, dont le pays est un allié de longue date de Damas.

La Russie s'est par ailleurs dite prête à proposer au Conseil de sécurité de l'ONU, avec la Chine, un projet de résolution plus "équilibré" que celui sur lequel Moscou et Pékin ont mis leur veto la semaine dernière.

"Nous proposons d'adopter une résolution équilibrée qui condamnera les violences des deux côtés", celles du régime et celles de l'opposition, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans une interview à l'hebdomadaire Profil.

"Dans le même temps, il faut que nous demandions à Assad de poursuivre les réformes qu'il a déjà engagées", a-t-il ajouté.

Sur le terrain, les violences ont encore fait 31 morts dimanche, quatorze civils et 17 soldats et membres des forces de sécurité, selon l'OSDH.

"Un climat de guerre s'est établi dimanche à Homs (centre) où des explosions étaient entendues de toute part au milieu des tirs de mitrailleuses lourdes. Beaucoup de maisons ont été détruites. Neuf personnes ont été tuées et des dizaines blessées", ont affirmé les LCC, en précisant que "les agents de la Sécurité et les milices pro-régime ont empêché les ambulances d'évacuer les blessés".

Les LCC ont accusé le régime d'avoir "attaqué la région de Homs dans une nouvelle tentative désespérée de plier ses habitants libres et d'éteindre la révolution".

Plus de 2.900 personnes ont été tuées en Syrie depuis la mi-mars, selon l'ONU.

"Le régime a choisi une voie coûteuse. Son message, je te gouverne ou je te tue, aura des conséquences dangereuses", a affirmé à l'AFP un avocat syrien des droits de l'Homme, sous couvert de l'anonymat.

"Le peuple a fait sa révolution. Il lui faut appliquer maintenant le volet politique, qui est la chute du régime. Celle-ci est certaine", a-t-il ajouté.

En Turquie où il s'est réfugié, un colonel déserteur de l'armée syrienne, Riad al Asaad, a demandé une "aide militaire" pour renverser le régime: "si la communauté internationale nous aide, alors nous pourrons y arriver, mais il est certain que la lutte sera plus difficile sans armes", a-t-il dit au journal anglophone Hurriyet Daily News.

Première publication : 10/10/2011

  • SYRIE

    Les forces de sécurité ouvrent le feu aux funérailles d'un opposant kurde

    En savoir plus

  • SYRIE

    Moscou envisage pour la première fois un départ d'Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Près de 3 000 personnes tuées depuis le début de la répression, selon l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)