Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les autorités birmanes amnistient plus de 6 300 prisonniers

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/10/2011

La télévision d’État birmane a annoncé mardi l'amnistie de 6 300 détenus, sans préciser s'il s'agissait de prisonniers politiques. Les Occidentaux réclament la libération de quelque 2000 personnes pour prouver la sincérité des réformes politiques.

AFP - La télévision d'Etat en Birmanie a annoncé mardi la libération de plus de 6.300 "prisonniers", sans préciser si des détenus politiques comptaient parmi les bénéficiaires alors que les annonces en ce sens se sont multipliées dans le pays ces derniers jours.

Les premières libérations interviendront mercredi, a précisé la MRTV.

La Commission nationale pour les droits de l'Homme, mise en place le mois dernier par le gouvernement, avait réclamé quelques heures auparavant, dans un quotidien officiel, la libération des "prisonniers de conscience" afin de répondre aux appels en ce sens de la communauté internationale.

Et lundi, des responsables gouvernementaux avaient indiqué à l'AFP qu'une amnistie incluant des prisonniers politiques aurait lieu dans les jours suivants.

Les Etats-Unis, l'Union européenne et l'opposition démocratique birmane réclament la libération de quelque 2.000 prisonniers politiques - militants politiques, avocats, artistes, journalistes - pour prouver la sincérité des réformes politiques actuelles.

La mesure est aussi considérée comme une condition sine qua non pour envisager la levée des sanctions économiques et politiques en place depuis la fin des années 1990.

Dans une lettre ouverte publiée par le quotidien anglophone New Light of Myanmar, considéré comme le porte-parole du régime, la commission rappelle mardi que "le secrétaire général des Nations unies et un certain nombre de pays réclament la libération ce qu'ils décrivent comme des +prisonniers de conscience+".

La commission "demande humblement au président, en gage de sa magnanimité, d'amnistier ces prisonniers et de les libérer de prison", a conclu son président, Win Mya, dans une rare reconnaissance de l'existence de prisonniers politiques dans le pays.

"Nous nous attendons à la libération de tous les prisonniers politiques", avait de son côté assuré lundi à l'AFP Nyan Win, porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti dissous de l'opposante Aung San Suu Kyi.

Le président et ancien général Thein Sein, entré en fonction en mars suite à la dissolution de la junte militaire, tente depuis quelques semaines de prouver à l'opposition et aux chancelleries occidentales qu'il est décidé à s'engager vers de profondes réformes.

Les gestes symboliques se sont multipliés à un rythme effréné dans un pays habitué jusqu'à mars dernier au conservatisme répressif du généralissime Than Shwe, chef de la junte au pouvoir à partir 1992, et qui a depuis pris sa retraite.

Thein Sein a notamment entamé le dialogue avec Aung San Suu Kyi, libérée après sept années de résidence surveillée en novembre 2010. Et il a annoncé fin septembre la suspension d'un projet de barrage financé par les Chinois, pour "respecter la volonté du peuple".

La session en cours de l'Assemblée nationale a été ouverte pour la première fois à la presse, et le patron de la censure dans le pays vient d'estimer, il y a quelques jours, que les médias devraient être libérés de toute contrainte.

Des avancées que les Etats-Unis ont salué lundi. Il est "indéniable qu'il y a des évolutions spectaculaires en cours", a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint chargé de l'Asie orientale et du Pacifique, Kurt Campbell.

Première publication : 11/10/2011

  • BIRMANIE

    L'opposante Aung San Suu Kyi a rencontré le président Thein Sein

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Le nouvel homme fort du pouvoir civil reste sous le contrôle de la junte militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)