Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

SPORT

Rabah Madjer : "je veux apporter une révolution dans le football algérien"

Vidéo par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 11/10/2011

De passage à Paris, la légende du football algérien Rabah Madjer a répété sur France 24 son intention de briguer la tête de la Fédération algérienne de football, actuellement occupée par l’impopulaire Mohamed Raouraoua.

Nommé hier ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco, Rabah Madjer décrochera-t-il demain le poste de président de la Fédération algérienne de football (FAF) ? L’ex-international (87 sélections), véritable légende du football algérien, a répété sur France 24 son intention de briguer la tête de la FAF. Premier président élu de l’histoire de l’institution en 2001, réélu en 2005 et en 2009, Mohamed Raouraoua est aujourd’hui contesté par les supporters pour sa mauvaise gestion de l’équipe nationale.

Qualifiée in extremis pour le Mondial-2010, les Fennecs sont en effet passés à côté de leur qualification pour la prochaine édition de la Coupe d’Afrique des Nations – comme en 2006 et en 2008. "Après le Mondial, on espérait que cette équipe revienne en force et prenne un grand départ. Mais c’est tout le contraire qui s’est passé", déplore Madjer, qui s’était ostensiblement opposé à la nomination de Vahid Halilhodzic à la tête de la sélection nationale en juin dernier.

"Les entraîneurs locaux ont toujours été marginalisés par cette fédération. Il faut maintenant leur donner leur chance, les aider, les former dans un intérêt commun qui est la réussite du football algérien", conclut le buteur de la finale de la Coupe des clubs champions 1987, qui opposait le FC Porto au Bayern Munich.

Première publication : 11/10/2011

  • FOOTBALL

    Colère des Algériens après l’"exode" de leurs stars vers les pays du Golfe

    En savoir plus

  • FOOTBALL - ALGÉRIE

    Rabah Madjer : "Les entraîneurs étrangers ont tous essuyé des échecs"

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Vahid Halilhodzic nommé à la tête de la sélection algérienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)