Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

Economie

Le Parlement slovaque rejette l'élargissement du Fonds de secours européen

©

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/10/2011

Le députés slovaques se sont prononcés mardi contre l'élargissement du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Le texte, approuvé dans les 16 autres États membres de la zone euro, devrait cependant être adopté lors d'un deuxième vote.

AFP - Les députés slovaques ont rejeté mardi le renforcement du fonds de secours financier de la zone euro (FESF), une décision qui risque d'aggraver la crise de la dette dans l'Union monétaire, mais un second vote pourrait être organisé avec le soutien de l'opposition de gauche.


Sur l'ensemble des 124 députés présents, 55 élus ont voté pour, 9 contre et 60 n'ont pas voté.

Le résultat du vote peut conduire logiquement à la chute du gouvernement de centre-droite de Mme Iveta Radicova, du parti SDKU-DS, qui l'avait associé à une motion de confiance pour son cabinet.

L'un des partis de la coalition quadripartite au pouvoir depuis juillet 2010, les libéraux du SaS, a ainsi accompli sa menace de torpiller le renforcement du FESF, outil destiné à venir en aide aux pays en difficultés financières, dont la Grèce lourdement endettée.

Aussitôt après le vote, le parti social-démocrate Smer-SD de l'ex-Premier ministre Robert Fico s'est dit prêt à le soutenir, en échange d'importantes concessions de la part de la coalition.

"Smer-SD est prêt à soutenir le FESF en échange d'un accord sur des élections anticipées", a déclaré à la presse un responsable de ce parti, Jan Pociatek, ex-ministre des Finances. "Si les pourparlers commencent, je crois que le vote peut intervenir cette semaine", a-t-il ajouté.

De son côté, Robert Fico a invité tous les partis politiques slovaques favorables au FESF à "s'asseoir à la table des négociations".

"La tâche numéro un pour tous les partis qui sont pour le FESF est maintenant de s'asseoir à la table des négociations et d'assurer la prochaine approbation du renforcement du FESF", a déclaré M Fico.

La Slovaquie est le dernier des 17 pays de la zone euro à devoir approuver l'élargissement à 440 milliards d'euros de ce fonds de secours, décidé le 21 juillet.

Deux scénarios étaient jugés les plus probables mardi soir par les analystes à Bratislava: un important remaniement gouvernemental ou l'organisation d'élections anticipées.

Sans les 22 députés du SaS qui n'ont pas participé au vote, la coalition ne pouvait pas songer à obtenir une majorité requise de 76 élus.

"Nous avons sauvé plus de 300 milliards d'euros aux contribuables européens", a affirmé le chef du SaS, Richard Sulik, peu après le vote.

"Je tiens à remercier mes partenaires de coalition et je les invite, je les supplie d'ouvrir les négociations avec le président du Smer-SD en vue d'un accord sur la ratification du FESF", a déclaré Mme Radicova après le vote.

Un député du SaS, Martin Poliacik, a indiqué à l'AFP mardi soir qu'un second vote était "possible mercredi après-midi au plus tôt".

Le parti Smer-SD de Robert Fico dispose de 62 parlementaires. "Nous disons +non+ à un gouvernement de droite, mais nous disons +oui+ au fonds de sauvetage", a déclaré M. Fico lors du débat de huit heures et demie qui a précédé le vote.

 

Première publication : 11/10/2011

  • ZONE EURO

    La Slovaquie dans l'impasse à l'heure du vote sur le plan de sauvetage européen

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Le Parlement adopte le plan de sauvetage de la zone euro

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Paris et Berlin s'accordent sur les modalités de recapitalisation des banques

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)