Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

EUROPE

Ioulia Timochenko condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir

Vidéo par Ben BARNIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/10/2011

Le tribunal de Kiev a condamné mardi l'ancien Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko à sept ans de prison ferme pour abus de pouvoir. La principale opposante du président a dénoncé un procès politique de la part de son adversaire.

L'ancien Premier ministre Ioulia Timochenko a été reconnue coupable d'abus de pouvoir par la justice ukrainienne ce mardi, qui l’a condamnée à sept ans de prison. Elle était accusée d’avoir signé en 2009, sans l'autorisation de son gouvernement, des accords gaziers avec la Russie défavorables à son pays. "En janvier 2009, Ioulia Timochenko, étant Premier ministre (...) a utilisé son autorité et ses prérogatives légales à des fins criminelles, commettant des actes qui outrepassaient clairement ses droits et son autorité", a affirmé le juge Rodion Kireev dans l'énoncé du jugement à l'issue du procès, entamé le 24 juin. Outre une interdiction d'exercer des fonctions officielles pendant trois ans, elle a également été condamnée à rembourser quelque 190 millions de dollars à Naftogaz, l'entreprise publique des hydrocarbures ukrainienne.

En détention provisoire depuis le 5 août, l’égérie de la Révolution orange qui n’a cessé de dénoncer une machination politique de la part de son adversaire, l’actuel président Viktor Ianoukovitch, a indiqué qu'elle contesterait le jugement devant la justice européenne. "Nous allons nous battre pour défendre notre réputation devant les instances européennes. Nous devons être forts et protéger l'Ukraine de l'autoritarisme et de l'absence de liberté", a-t-elle déclaré après l'annonce du jugement. À l’extérieur du tribunal de Kiev, des militants de l'opposition au président Ianoukovitch criaient "Liberté pour Ioulia" ou "À bas les bandits".

Une condamnation aux lourdes conséquences diplomatiques

La condamnation de la "dame de fer" ukrainienne risque d’avoir des répercussions sur les relations internationales de Kiev. Ainsi, l’Union européenne par la voix de son chef de la diplomatie Catherine Ashton, s’est dite "profondément déçue", et a menacé l'Ukraine d'importantes "conséquences" si l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko ne bénéficie pas d'une procédure d'appel équitable après sa condamnation,. Et pour cause, l'UE avait prévenu à maintes reprises qu'une peine de prison contre l'ex-Premier ministre remettrait en question les négociations en cours sur un accord d'association et de libéralisation des échanges commerciaux avec l'Ukraine. Les Européens soupçonnent ce procès d'être une manœuvre destinée à écarter une concurrente gênante pour le pouvoir en place à l’aube des législatives de 2012.
 

"Beaucoup d’analystes et de diplomates ne croyaient pas qu’on en arriveraient là, car l’Europe a été assez claire sur les conséquences d’une condamnation éventuelle", souligne Gulliver Cragg, correspondant de FRANCE 24 en Pologne. Selon certains médias locaux cités par l’AFP, le régime ukrainien tient à obtenir la condamnation publique de Mme Timochenko, mais pourrait accepter par la suite de dépénaliser l'article sur la base duquel elle a été jugée et la remettre en liberté une fois le jugement prononcé, afin de ménager l'Union Européenne.
 

Par ailleurs, cette affaire qui polarise l'opinion publique ukrainienne aura aussi des retombées sur le puissant voisin russe. "La Russie est dans une position sensible, car l’accord dénoncé par le procès lui est très bénéfique. Si Timochenko est condamnée, le verdict fera apparaître la Russie comme le grand manipulateur de l’affaire", analyse Douglas Herbert, spécialiste de politique internationale à FRANCE 24.

 

Première publication : 11/10/2011

  • UKRAINE

    L'Union européenne s'inquiète de l'état de santé de Ioulia Timochenko

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le procès Timochenko sonne la fin de la Révolution orange

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    Poutine propose de marier le Russe Gazprom à l'Ukrainien Naftogaz

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)