Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage intéractif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

Moyen-orient

Les dessous de la libération du soldat Gilad Shalit

©

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 17/10/2011

Après cinq ans de vaines négociations, un accord sur la libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit a été signé entre Israël et le Hamas. En toile de fond : le printemps arabe, la crise sociale en Israël et les rivalités interpalestiniennes.

A la suite de l'accord signé mardi entre le Mouvement de la Résistance islamique (Hamas), au pouvoir dans la bande de Gaza, et Tel-Aviv, le soldat franco-israélien Gilad Shalit, enlevé en juin 2006 à la lisière de l'enclave palestinienne, devrait être remis en liberté très prochainement. En échange, l'Etat hébreu a consenti à la libération de plus d’un millier de prisonniers palestiniens. Du jamais vu : en 1983, Tel-Aviv avait en effet échangé 4 500 prisonniers arabes contre 6 Israéliens et, en 1985, trois soldats capturés au Liban en 1982 contre 1 150 combattants palestiniens.

Après des tractations qui sont restées vaines pendant cinq ans, les deux parties ont donc trouvé le consensus qui a longtemps fait défaut. "Israël a compris qu’il lui serait difficile d’obtenir un meilleur accord. Le Hamas voulait échanger au départ 1 400 prisonniers. Fallait-il encore attendre pour une issue hautement incertaine ? Israël a estimé que non", décrypte ainsi Alain Dieckhoff, directeur de recherche au CNRS/Ceri et spécialiste du Proche-Orient.

Un accord favorisé par le printemps arabe

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou ne disait d'ailleurs pas autre chose en confirmant l'accord, mardi soir : "Je pense que nous avons conclu le meilleur accord possible alors que la tempête agite le Proche-Orient. J'ignore si nous aurions pu en obtenir un meilleur ou en obtenir un tout court dans un avenir proche." Reste que si accord il y a eu, celui-ci est loin d'être étranger au printemps arabe et aux récents événements survenus tant au sein de l'État hébreu que dans les Territoires palestiniens, comme le laisse entendre Netanyahou.
 
La situation en Égypte - le pays a joué un rôle crucial de médiateur entre les deux acteurs - aurait notamment incité Tel-Aviv à donner un coup d'accélérateur au dossier. Et pour cause : les législatives égyptiennes, qui auront lieu le 28 novembre, pourraient bien faire la part belle aux Frères musulmans. "Pour Israël, c’était donc le moment de conclure un accord car il y a de fortes incertitudes sur le rôle du Caire après le scrutin. Il est quasi certain que les Frères musulmans vont acquérir une plus forte représentativité et on ne sait pas s’ils voudront jouer le même rôle que leurs prédécesseurs", analyse Alain Dieckhoff.
 
Du côté du Hamas, l'effervescence qui a gagné l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient a également changé la donne. Avec le lancement de la révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad - son principal protecteur - au mois de mars, ses bases en Syrie sont désormais menacées. A tel point que le Mouvement a été contraint de prendre ses distances avec Damas, ce qui l'a obligé à adopter profil bas sur la scène politique intérieure.
 
Un agenda opportun pour le Hamas et Netanyahou ?
 
Vue de Gaza, la libération d'un millier de détenus est perçue comme un moyen de reprendre la main face au Fatah dans les Territoires. D'autant que, dans le même temps, Mahmoud Abbas a vu sa cote de popularité grimper en flèche après son coup d’éclat à la tribune des Nations unies, le 23 septembre.
 
"La libération de nombreux Palestiniens est, pour le Hamas, un moyen de se remettre en selle en obtenant du concret. Car si Abbas a connu un succès populaire à l’ONU, il n’a en définitive rien obtenu. Le Hamas va donc pouvoir se servir de cet accord comme d'une arme de propagande et capitaliser dessus", poursuit Alain Dieckhoff.
 
En Israël aussi, où Netanyahou fait face à une grogne sociale sans précédent depuis plusieurs mois, l'accord tombe à pic. Le retour de Gilad Shalit pourrait permettre au gouvernement de calmer une partie de l’opinion - un sondage pour l’édition papier du Maariv, en mai dernier, montrait que 58 % de la population se disait favorable à l’échange de centaines de prisonniers palestiniens contre le soldat Shalit.
 
"Le gouvernement de Benjamin Netanyahou sera reconnu à court terme comme celui qui aura su mettre en œuvre cet accord. On lui en donnera crédit, même s’il reste des incertitudes et que certains dissidents lui reprocheront toujours d’avoir trop concédé au Hamas", conclut Alain Dieckhoff. 

Première publication : 12/10/2011

  • AFFAIRE SHALIT

    "Le Hamas prend ses distances avec la tutelle imposée par la Syrie et l’Iran"

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Gilad Shalit, un otage devenu cause nationale

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Accord conclu pour libérer le soldat Shalit contre un millier de Palestiniens

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)