Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

Moyen-orient

L'opposant Walid al-Bounni libéré sous caution

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/10/2011

L'opposant Walid al-Bounni a été libéré sous caution. Détenu depuis trois mois, il est l'un des signataires de la "Déclaration de Damas" de 2005. Par ailleurs, une manifestation de soutien au régime a rassemblé des milliers de personnes à Damas.

AFP - Des milliers de personnes se sont rassemblées mercredi dans le centre de la capitale Damas en soutien au régime du président syrien Bachar al-Assad, confronté depuis près de sept mois à une contestation populaire.


Dans le même temps, les autorités syriennes ont accepté de libérer sous caution Walid al-Bounni, un des principaux opposants détenu depuis plus de trois mois, a annoncé son avocat Michel Chammas à l'AFP.

Les partisans de M. Assad ont appelé sur leur page Facebook "Ma patrie, la Syrie" à un "rassemblement pour renforcer l'unité et la solidarité avec les familles des martyrs et pour remercier la Russie et la Chine pour leur position face au complot" contre la Syrie.

Moscou et Pékin -membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU- ont opposé le 4 octobre leur veto à un projet de résolution des pays occidentaux menaçant le régime syrien de "mesures ciblées" pour qu'il cesse la répression sanglante des manifestations.

Depuis le début de la contestation à la mi-mars, le pouvoir a maintes fois mobilisé à Damas une foule de personnes pour afficher la popularité de M. Assad. Jusqu'à présent présent la capitale syrienne a été épargnée par les importantes manifestations anti-régime.

Le rassemblement pro-Assad a eu lieu sur la place des Sept Fontaines dans le centre de la capitale.

"L'armée et le peuple avec toi, Bachar al-Assad" ou "la Syrie notre pays et Assad notre président", proclamaient des affiches placardées sur la place, à côté d'un portrait géant du président.

"Je suis venu de Homs pour dire que j'aime mon président. Des centaines de milliers de Syriens sont descendus dans la rue pour affirmer qu'ils sont conscients du complot qui se trame contre lui", a affirmé à l'AFP Khaldoun Qassab, 35 ans.

L'appel au rassemblement vise également à "dénoncer" le Conseil national syrien (CNS), une instance regroupant la majorité des courants de l'opposition lancée officiellement début octobre et saluée mercredi par l'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani, comme un "pas important".

"Il est dans l'intérêt de la Syrie que le gouvernement parvienne à s'asseoir et à s'entendre avec ce Conseil sur la nature d'une nouvelle Constitution qui préserverait l'équilibre de la nation syrienne", a-t-il dit.

Parallèlement aux manifestations pro-Assad, les opérations militaires lancées par le régime pour étouffer la contestation étaient en cours à Douma, une banlieue de Damas, où des explosions ont retenti, alors que 23 personnes ont été arrêtées à Alep (nord), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'OSDH a également fait état de tirs nourris et d'explosions à Homs (centre), où l'armée a dressé des barrages et empêchait l'entrée de véhicules.

Selon l'ONU, la répression a fait plus de 2.900 morts en Syrie depuis le 15 mars. Le régime refuse de reconnaître l'ampleur de la contestation et accuse des "bandes terroristes armées" d'être à l'origine des troubles.

Par ailleurs, la cour d'appel de la région de Damas a décidé de libérer l'opposant Walid al-Bounni en échange d'une caution fixée à 1.150 lires syriennes (23 dollars), a affirmé Me Chammas.

"Il sera ensuite jugé pour incitation à des manifestations (anti-régime) et à la division confessionnelle", a-t-il ajouté.

Médecin de formation de 47 ans, M. Bounni, arrêté et condamné à de nombreuses reprises, avait été l'un des animateurs du "printemps de Damas", période de débats et d'espoir de libéralisation qui a suivi l'arrivée au pouvoir en 2000 de M. Assad qui a succédé à son père décédé.

En 2005, il avait été l'un des signataires de la "Déclaration de Damas" où les opposants réclamaient un "changement démocratique radical".

Première publication : 12/10/2011

  • SYRIE

    Les forces de sécurité ouvrent le feu aux funérailles d'un opposant kurde

    En savoir plus

  • SYRIE

    Moscou envisage pour la première fois un départ d'Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Près de 3 000 personnes tuées depuis le début de la répression, selon l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)