Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Amériques

Le Sénat approuve un projet de loi pour pénaliser la sous-évaluation du yuan

Vidéo par Joris Zylberman

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/10/2011

En dépit des mises en garde répétées du président Obama, le Sénat américain a voté en faveur d'un projet de loi visant à sanctionner Pékin, accusé par les Américains de manipuler sa monnaie pour favoriser ses exportations.

AFP - Le Sénat américain a approuvé mardi un projet de loi visant à pénaliser la Chine, soupçonnée de manipuler sa monnaie afin de gonfler ses exportations, malgré les réticences de la Maison Blanche, un texte qui a suscité l'ire de Pékin.

L'adoption du projet de loi est une "entorse grave" aux règles de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) susceptible de provoquer une "guerre commerciale", a réagi mercredi le ministère chinois des Affaires étrangères.

La semaine dernière, Pékin s'était déclaré "fermement opposé" à la proposition de loi américaine qui "nuit gravement aux relations commerciales sino-américaines".

Les élus du Sénat, à majorité démocrate, ont adopté ce texte par 63 voix contre 35. Mais la Chambre des représentants n'a pas prévu de se prononcer sur le texte, car les chefs de la majorité républicaine craignent une guerre commerciale avec Pékin. Le président de la Chambre, John Boehner, a déjà affirmé récemment qu'un tel projet était "dangereux".

Le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner, a estimé mardi soir sur Bloomberg TV que les sénateurs "n’avaient pas" déclenché de guerre commerciale avec la Chine en adoptant ce texte.

Mais il a répété que l'administration Obama ne soutenait pas le projet de loi dans son ébauche actuelle, dont plusieurs dispositions seraient selon lui "en contradiction" avec les obligations des Etats-Unis à (OMC).

A l'approche de la présidentielle de novembre 2012, les partisans du texte soutiennent que l'économie américaine, avec son taux de chômage à 9,1%, souffre d'une sous-évaluation de la monnaie chinoise. Avec ce projet de loi, les sénateurs cherchent à pousser le Trésor à accuser formellement Pékin de manipuler sa monnaie. Ils prévoient des sanctions le cas échéant.

Les règles de l'OMC prévoient pour les Etats membres la possibilité de sanctionner un partenaire commercial dont les exportations sont subventionnées. Mais ces statuts ne mentionnent pas explicitement la sous-évaluation d'une monnaie et les interprétations divergent pour savoir si le taux de change entre dans ce cadre juridique ou non.

La semaine dernière, le président avait toutefois accusé la Chine de "fausser" les échanges commerciaux mondiaux en intervenant pour faire baisser la valeur du yuan.

Les accusations visant le yuan et sa position très faible face au dollar --donnant un avantage à des marchandises chinoises pouvant aller jusqu'à 30% face aux produits équivalents américains-- sont peu disputées à Washington.

Mais les opposants au projet de loi affirment qu'une augmentation du taux de change du yuan ne ferait que créer des emplois dans des pays comme le Vietnam ou la Malaisie, pas aux Etats-Unis. Ils estiment aussi qu'une hausse du prix des marchandises importées de Chine se fera au détriment du consommateur américain.

Les partisans du texte affirment qu'il est temps de s'en prendre à Pékin et qu'une hausse du yuan pourrait favoriser un pouvoir d'achat plus élevé en Chine, donc davantage d'exportations américaines.

Le sénateur démocrate Sherrod Brown de l'Ohio (centre), un Etat aux usines durement touchées par la récession, a estimé que les Etats-Unis avaient jusqu'à présent fait preuve de faiblesse devant la Chine, comparant la politique commerciale américaine à un "désarmement unilatéral" face à Pékin.

La banque centrale chinoise a décidé en juin 2010 de laisser le cours du yuan flotter plus librement par rapport au dollar, après l'avoir maintenu quasi fixe pendant deux ans. Depuis, il s'est apprécié de quelque 7%.

L'exécutif américain s'est toujours refusé, depuis une dévaluation brutale en 1994, à considérer que la Chine se livrait à une "manipulation" de sa monnaie.
 

Première publication : 12/10/2011

  • CHINE

    Hu Jintao concède qu'il reste "beaucoup à faire" sur les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Hu Jintao aux États-Unis pour aplanir les divergences entre les deux pays

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La sous-évaluation du yuan au menu de la visite de Hu Jintao à Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)