Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

Le CNT annonce la capture d’un des fils de Kadhafi à Syrte

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/10/2011

Alors qu'une poignée de partisans de Mouammar Kadhafi semble confinée dans le centre-ville de Syrte, le Conseil national de transition libyen a annoncé la capture de Moatassem Kadhafi, un des fils de l'ex-dirigeant libyen en fuite.

AFP - Les combattants du nouveau pouvoir en Libye cernaient mercredi le tout dernier carré de fidèles de Mouammar Kadhafi dans le centre-ville de Syrte, où l'un de ses fils, Mouatassim Kadhafi, aurait été capturé, selon un haut responsable du Conseil national de transition (CNT).

Mouatassim Kadhafi, promu par son père à la tête du Conseil de sécurité nationale en 2007, dirigeait sa propre unité d'élite. Il aurait piloté la résistance des forces loyalistes pendant la bataille de Syrte.

"Mouatassim Kadhafi a été capturé à Syrte et il a été transféré à Benghazi", dans l'est du pays, a déclaré à l'AFP Abdelkarim Bizama, conseiller du chef du CNT, Moustapha Abdeljalil.

"Nous n'avons pas annoncé cette capture plus tôt pour éviter toute tentative (par ses proches) de le libérer", a-t-il ajouté.

Toutefois, Ahmed Bani, porte-parole du conseil militaire du CNT, a indiqué à l'AFP ne pas être mesure de confirmer cette information.

Des tirs de joie et des concerts de klaxon ont résonné mercredi soir à Tripoli et à Misrata, selon des journalistes de l'AFP.

Né en 1975, médecin et militaire de carrière, Mouatassim Kadhafi a été formé par des officiers égyptiens. Il avait été promu par son père à la tête du Conseil de sécurité nationale en 2007. A ce titre, il dirigeait sa propre unité d'élite. Il était, avant le début de la révolte, le principal concurrent de Seif Al-Islam, un autre fils de Kadhafi.

"il aurait été transféré ce matin à Benghazi"
En fin de journée, des combattants du CNT célébraient la victoire à venir sur la place centrale de Syrte à bord de dizaines de véhicules, en klaxonnant et en tirant en l'air à la mitrailleuse lourde.

Les combats se sont concentrés dans l'après-midi dans le "Quartier n°1", non loin du bord de mer dans le nord-ouest de la ville, selon un journaliste de l'AFP.

Les affrontements, qui ont fait au moins 6 morts et des dizaines de blessés, ont été particulièrement durs autour d'une école où un groupe de pro-Kadhafi s'est réfugié. Les combattants pro-CNT se sont ensuite retirés de cette zone, pour permettre un bombardement à l'arme lourde.

En fin de journée, la résistance des pro-Kadhafi --toujours vive-- se réduisait pour toute la ville à trois pâtés de maisons à l'intérieur de ce "Quartier n°1", à proximité directe du front de mer.

Beaucoup de combattants pro-CNT se sont installés pour la nuit dans les maisons voisines de la zone des combats. "On les finira demain, c'est une affaire réglée", a déclaré l'un d'entre eux.

Des tirs sporadiques d'origine indéterminée résonnaient dans la ville, dont les rues désertes et ravagées étaient sillonnées par des combattants pro-CNT, occupés à fouiller et parfois piller les maisons abandonnées. Les voitures attiraient tout particulièrement leur convoitise, provoquant parfois de vives altercations entre rebelles.

Après quatre semaines de bombardements puis d'intenses combats de rues, Syrte n'était plus que ruines. Pas une maison n'était intacte. Ses rues où se déversait l'eau des canalisations éventrées étaient jonchées de véhicules calcinées et de débris des habitations éclatées par les obus.

Venus de l'ouest, les combattants pro-CNT ont pris mercredi le "Quartier n°2" (près du bord de mer, juste à l'est du Quartier n°1) et le "Quartier Dollar" (plus au sud), qui tient son nom des maisons luxueuses construites par les apparatchiks de l'ancien régime.

Plusieurs hommes ont été faits prisonniers au cours d'opérations de reconnaissance et de nettoyage, réalisées au hasard des rues et dans le plus grand désordre, selon un journaliste de l'AFP.

Comme chaque jour, des dizaines de familles apeurées, avec parmi elles des hommes en âge de combattre, ont pu être évacuées sous le feu par les pro-CNT.

Un prisonnier des pro-Kadhafi, le visage tuméfié et le corps marqué par les tortures, a aussi été libéré. Hagard, à peine conscient, l'homme a raconté avoir été interrogé par Mouatassim Kadhafi il y a moins de dix jours.

Pour marquer la quasi-libération de Syrte, les pro-CNT ont détruit à coups de canons le monument pyramidale symbolisant la "révolution" du colonel Kadhafi sur la place centrale de la ville.

Mardi, le président du CNT, Moustapha Abdeljalil avait fait une brève visite dans le centre de Syrte pour soutenir ses troupes, qui ont perdu plus de 80 hommes depuis vendredi dans la ville, où les frappes aériennes de l'Otan ont cessé.

Le CNT, l'ex-rébellion qui a renversé le régime Kadhafi, attend la chute de Syrte, à 360 km à l'est de Tripoli, pour proclamer la "libération totale" du pays et reprendre ses discussion en vue de former un gouvernement chargé de gérer la transition.

Outre Syrte, les forces du CNT assiégeaient toujours l'oasis de Bani Walid, à 170 km au sud-ouest de Tripoli, qu'elles espéraient prendre dans le sillage de la chute de Syrte.

Le conflit en Libye, riche pays pétrolier, a débuté le 15 février par une révolte populaire contre le régime qui s'est transformée en guerre civile ayant fait plus de 25.000 morts, selon le CNT.

Le ministre britannique de la Défense, Liam Fox, a annoncé mercredi que l'intervention militaire en Libye allait coûter 300 millions de livres (343 millions d'euros) au Royaume-Uni, qui a été avec la France en pointe dans les opérations.

Recevant une délégation de 80 entreprises françaises à Tripoli, le ministre des Finances et du Pétrole du CNT, Ali Tarhouni, a cependant déclaré qu'aucun nouveau contrat pétrolier ne serait conclu en Libye pendant la transition.

Selon le président de la NOC (National Oil Corporation), Nouri Berruien, la production pétrolière, tombée presque à l'arrêt du fait des violences, est remontée à 400.000 barils par jour. Elle devrait atteindre 600.000 b/j fin 2011, et pourrait retrouver ses niveaux d'avant-guerre (entre 1,6 et 1,7 million de b/j) fin 2012.

 

Première publication : 13/10/2011

  • LIBYE

    Les combattants pro-CNT en passe de contrôler Syrte

    En savoir plus

  • LIBYE

    Kadhafi appelle les Libyens à se dresser "par millions" contre le CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Interpol demande l'arrestation de Saadi Kadhafi, le Niger refuse son extradition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)