Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Economie

Quand les dollars qataris inondent l’Europe

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/10/2011

Entre fin 2008 et 2011, le fonds souverain qatari, Qatar Investment Authority, a investi 9,42 milliards d’euros en Europe. Ce petit pays porté par la manne pétrolière et gazière profite ainsi à fond des difficultés économiques de la zone euro.

En 2005, le Qatar décide qu’il est temps de diversifier ses rentrées financières qui dépendent trop, au goût de la famille princière, de la manne pétrolière et gazière. A cette fin, ce petit pays, deuxième plus important exportateur de gaz naturel au monde, met en place un fonds souverain - une autorité publique d’investissement - baptisé Qatar Investment Authority (QIA) doté du surplus financier qui découle des exportations énergétiques.

A la tête de 85 milliards de dollars, le QIA se classe d’entrée de jeu à la douzième place du palmarès des fonds souverains les plus riches au monde, selon l’Institut américain des fonds souverains. Un pactole impressionnant mais qui n’a rien à voir avec les 627 milliards de dollars dont dispose l’Abu Dhabi investment authority, le plus puissant au monde.

Reste que l’argent mis à sa disposition permet à la Qatar Investment Authority de partir faire des emplettes un peu partout dans le monde. Le bras immobilier du fonds, la Qatar Diar, lui permet de devenir avant tout un promoteur immobilier de premier ordre. Durant les deux premières années de son existence, elle achète et rénove, notamment des hôtels à Paris (Hôtel Monceau), à Milan (Hôtel Gallia) ou encore en Suisse (Royal Savoy Hotel Lausanne). "The Guardian" estime que, rien qu'en immobilier au Royaume-Uni, le Qatar a investi près de 10 milliards d'euros depuis 2005. Mais le pays s’intéresse également, via sa holding Qatar Holding LLC (basée au Luxembourg et aux Pays-Bas) au secteur bancaire et investit dans des banques chinoises, suisses ou encore américaines.

Lorsque la crise économique de 2008 frappe le monde, la Qatar Investment Authority y voit une chance de réaliser des bonnes affaires. “Face à cette crise, certains pays préfèrent garder leur argent, alors que nous estimons qu’il s’agit d’une opportunité qui ne se reproduira pas dans les prochaines décennies”, assurait, en 2009, le prince règnant Hamad ben Khalifa al-Thani comme le rapporte le quotidien britannique "The Guardian".

Message reçu par la Qatar Investment Authority qui repart de plus belle faire quelques emplettes. Lorsque la crise de la zone euro et des dettes souveraines vient s’ajouter à l’équation économique, les Qataris se tournent alors naturellement vers l’Europe. En deux ans, le petit pays va, comme le montre l’infographie ci-dessous réalisée par France 24, investir près de 10 milliards d’euros.

Première publication : 13/10/2011

  • BANQUES

    Le Qatar va acquérir les banques luxembourgeoises Dexia BIL et KBL

    En savoir plus

  • BANQUES

    Des investisseurs moyen-orientaux à la rescousse de BNP Paribas ?

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le PSG est officiellement qatari

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)