Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 14/10/2011

Les mineurs chiliens, un an après

Prisonniers au fond d’une mine pendant 69 jours, ceux qu’on appelle "les 33" d’Atacama ont vécu l’enfer. Il y a un an, leur spectaculaire sauvetage a été suivi en direct par plus d’un milliard de téléspectateurs. Que sont-ils devenus? Leur cauchemar est-il vraiment terminé?

Pour rejoindre la mine de San José, il faut d’abord parcourir 850 km depuis Santiago du Chili puis emprunter une route dans un décor lunaire. A la fois inquiet et enthousiaste, Claudio nous guide au milieu des dunes de l’Atacama, c’est la première fois qu’il effectue ce trajet depuis qu’il est sorti de la mine il y a un an. Au bout de la piste, c’est le silence.

Un camion immobile, une barrière chancelante, de vieux bidons de fioul sont posés dans le décor, comme si les occupants du lieu s’étaient enfuis d’un coup. Sylvain, notre preneur de son enregistre un craquement et le timide chant d’un oiseau. Dans cette atmosphère digne d’un film de Sergio Leone, Claudio revoit les deux milles journalistes, les familles, les officiels, il entend le crépitement des flashs et les applaudissements, il est avare de mots… Le vertige sans soute.

Il y a un an c’était l’heure héroïque. Après 69 jours passés à 700 mètres sous terre, 33 gueules noires sont sorties de terre, sous les projecteurs des médias du monde entier.
Mais aujourd’hui c’est la chute, le chômage, les calmants. « Les 33 » comme on les appelle ici sont "K.O".

A Copiapo, 130 000 habitants, la ville des mineurs, on ne parle pas du drame. Trop de gros titres, trop de jalousie, trop de publicité autour de ces gars du village, dont certains sont soupçonnés d’orchestrer leur communication au point de demander près de 3000 dollars pour une apparition d’une heure à la télévision.

En ce week-end du mois de Septembre, la ville célèbre l’indépendance du Chili et pour rencontrer d’autres mineurs, il faut se rendre à la kermesse, la "fonda" comme on dit ici. Leurs femmes y tiennent un stand, c’est le stand des 33, c’est aussi le plus vide alors que la fête bat son plein.

Il y a Johnny, celui dont le drame de San José avait mis à jour la double vie : une femme et une maîtresse venues toutes les deux le soutenir. Pas question pour lui de s’adresser à la caméra. C’est Susanna, sa fameuse maîtresse qui prépare les brochettes. Elle accuse l’état, la compagnie minière de les laisser tomber.

Dario l’un des mineurs, ne desserre pas les dents, trop déprimé. Au milieu des regards vide, deux musiciens déchirent la nuit de leur voix syncopée, il dansent, infatigables.
Il y a Tito notre "fixeur", infatigable lui aussi. Il tente d’expliquer aux familles que nous ne sommes pas là pour les juger mais pour les écouter. Pas facile.

Même Pamela, journaliste au quotidien local peine à les convaincre. Elle nous conduit un peu à l’écart de la ville, vers l’instant sans doute le plus bouleversant du tournage : Jimmy a 20 ans et depuis sa sortie de la mine, il bégaye. Au chômage et trop jeune pour percevoir la moindre indemnité, il vit reclus dans son quartier. Parfois il a la rage. "J’ai envie de crier fort !", nous dit il. Mais sous son regard sombre, perce une petite lueur. C’est le rêve caressé d’être heureux, simplement, de courir à nouveau après les cerfs volants, dans les faubourgs de Copiapo.

Par Sébastien Renouil

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/06/2016 Première Guerre mondiale

Grande Guerre : quand le nord de la France vivait à l'heure allemande

Pendant la Grande Guerre, 13 départements français ont subi l’occupation allemande. Quatre ans durant lesquels deux millions de Français ont vécu une cohabitation forcée avec les...

En savoir plus

17/06/2016 États-Unis

États-Unis : quand les États du Sud partent en croisade contre Washington

Pour préserver une liberté religieuse qu’ils considèrent menacée, certains États du sud des États-Unis ont adopté un nouvel arsenal législatif. À l'instar du Mississipi, qui...

En savoir plus

09/06/2016 Iran

Vidéo : chroniques iraniennes, un an après l'accord sur le nucléaire

Juillet 2015. L'accord sur le nucléaire iranien a ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire des relations entre Téhéran et le reste du monde, notamment avec l'Occident. Une ...

En savoir plus

03/06/2016 Cinéma africain

Nollywood, l'eldorado du cinéma au Nigeria

Le Nigeria peut se targuer de détenir la deuxième industrie cinématographique au monde. Son influence culturelle s'est largement étendue en dehors des frontières de l'Afrique....

En savoir plus

26/05/2016 Ukraine

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

Depuis deux ans, l’Ukraine est divisée. Malgré l'instauration de plusieurs trêves, les affrontements se poursuivent dans les régions séparatistes de l'Est entre rebelles...

En savoir plus