Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 14/10/2011

Les mineurs chiliens, un an après

Prisonniers au fond d’une mine pendant 69 jours, ceux qu’on appelle "les 33" d’Atacama ont vécu l’enfer. Il y a un an, leur spectaculaire sauvetage a été suivi en direct par plus d’un milliard de téléspectateurs. Que sont-ils devenus? Leur cauchemar est-il vraiment terminé?

Pour rejoindre la mine de San José, il faut d’abord parcourir 850 km depuis Santiago du Chili puis emprunter une route dans un décor lunaire. A la fois inquiet et enthousiaste, Claudio nous guide au milieu des dunes de l’Atacama, c’est la première fois qu’il effectue ce trajet depuis qu’il est sorti de la mine il y a un an. Au bout de la piste, c’est le silence.

Un camion immobile, une barrière chancelante, de vieux bidons de fioul sont posés dans le décor, comme si les occupants du lieu s’étaient enfuis d’un coup. Sylvain, notre preneur de son enregistre un craquement et le timide chant d’un oiseau. Dans cette atmosphère digne d’un film de Sergio Leone, Claudio revoit les deux milles journalistes, les familles, les officiels, il entend le crépitement des flashs et les applaudissements, il est avare de mots… Le vertige sans soute.

Il y a un an c’était l’heure héroïque. Après 69 jours passés à 700 mètres sous terre, 33 gueules noires sont sorties de terre, sous les projecteurs des médias du monde entier.
Mais aujourd’hui c’est la chute, le chômage, les calmants. « Les 33 » comme on les appelle ici sont "K.O".

A Copiapo, 130 000 habitants, la ville des mineurs, on ne parle pas du drame. Trop de gros titres, trop de jalousie, trop de publicité autour de ces gars du village, dont certains sont soupçonnés d’orchestrer leur communication au point de demander près de 3000 dollars pour une apparition d’une heure à la télévision.

En ce week-end du mois de Septembre, la ville célèbre l’indépendance du Chili et pour rencontrer d’autres mineurs, il faut se rendre à la kermesse, la "fonda" comme on dit ici. Leurs femmes y tiennent un stand, c’est le stand des 33, c’est aussi le plus vide alors que la fête bat son plein.

Il y a Johnny, celui dont le drame de San José avait mis à jour la double vie : une femme et une maîtresse venues toutes les deux le soutenir. Pas question pour lui de s’adresser à la caméra. C’est Susanna, sa fameuse maîtresse qui prépare les brochettes. Elle accuse l’état, la compagnie minière de les laisser tomber.

Dario l’un des mineurs, ne desserre pas les dents, trop déprimé. Au milieu des regards vide, deux musiciens déchirent la nuit de leur voix syncopée, il dansent, infatigables.
Il y a Tito notre "fixeur", infatigable lui aussi. Il tente d’expliquer aux familles que nous ne sommes pas là pour les juger mais pour les écouter. Pas facile.

Même Pamela, journaliste au quotidien local peine à les convaincre. Elle nous conduit un peu à l’écart de la ville, vers l’instant sans doute le plus bouleversant du tournage : Jimmy a 20 ans et depuis sa sortie de la mine, il bégaye. Au chômage et trop jeune pour percevoir la moindre indemnité, il vit reclus dans son quartier. Parfois il a la rage. "J’ai envie de crier fort !", nous dit il. Mais sous son regard sombre, perce une petite lueur. C’est le rêve caressé d’être heureux, simplement, de courir à nouveau après les cerfs volants, dans les faubourgs de Copiapo.

Par Sébastien Renouil

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/07/2014 Hong Kong

Hong Kong, la rebelle

Après un siècle et demi de colonisation britannique, Hong Kong a retrouvé en 1997 avec fierté son identité chinoise. Mais depuis, l’atmosphère a radicalement changé. Notre...

En savoir plus

11/07/2014 Italie

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

Le monde a changé après les attentats du 11-Septembre. La "guerre contre le terrorisme" qui s'en est suivi a broyé des vies, comme celle de l’Italien d'origine marocaine Abou...

En savoir plus

04/07/2014 Santé

Italie : Naples, terre malade

Boues industrielles, ordures en tout genre et même déchets nucléaires... Pendant des années, le crime organisé a déversé des millions de tonnes de déchets toxiques dans la...

En savoir plus

27/06/2014 Chômage

Les indignés du Sénégal

Chômage, népotisme et corruption... Pour ces jeunes Sénégalais, la candidature d’Abdoulaye Wade à un 3ème mandat présidentiel fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Des...

En savoir plus

20/06/2014 Réfugiés syriens

Le difficile retour des Arméniens de Syrie sur la terre de leurs ancêtres

Avec la guerre, des milliers d’Arméniens installés en Syrie depuis plusieurs générations, principalement à Alep, se sont réfugiés en Arménie. Mais pour nombre d’entre eux,...

En savoir plus