Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

Economie

Après Fitch, Standard & Poor's dégrade à son tour la note de l'Espagne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/10/2011

Alors que l'élargissement du Fonds de soutien européen a été validé, Standard & Poor's a abaissé la note de l'Espagne, désormais à AA-. L'agence déplore une croissance incertaine et assortit cette note d'une perspective négative.

AFP - Une semaine après l'agence de notation Fitch, Standard and Poor's a abaissé à son tour jeudi d'un cran la note souveraine de l'Espagne, à "AA-", citant "les perspectives incertaines de croissance" du pays et la probable poursuite de la détérioration du système financier espagnol.


L'agence a précisé que la perspective de cette note restait "négative", notant que le pays était confronté à des "risques croissants" en raison d'un niveau de chômage élevé, d'un environnement financier plus difficile et du risque de ralentissement économique chez les principaux partenaires de l'Espagne.

La note "AA-", la quatrième meilleure possible, reste d'un niveau attribué aux émetteurs de haute qualité.

Cette décision est intervenue quelques heures après que la Slovaquie eut levé un obstacle majeur pour permettre à la zone euro de renforcer son système de défense contre la crise de la dette.

Le Parlement slovaque a approuvé le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF), permettant ainsi l'entrée en vigueur de cet outil incontournable de la réponse à la crise de la dette.

Pour expliquer sa décision, S&P a cité "les perspectives incertaines de croissance de l'Espagne à la lumière de la nécessité pour le secteur privé d'avoir accès à des financements extérieurs" au moment où le pays emprunte à des taux élevés en raison de l'affaiblissement de la confiance des prêteurs.

L'agence juge également "probable que la qualité des actifs du système financier espagnol continue à se détériorer", tandis que "la réforme incomplète du marché de l'emploi va continuer à freiner la reprise économique".

S&P a basé son analyse sur des prévisions de croissance de 0,8% en 2011 en termes réels et 1% en 2012, soit moins que ce qu'elle prévoyait il y a encore huit mois (1,5%).

Elle a évoqué la possibilité que l'économie retombe en récession l'an prochain, en raison notamment d'une baisse de la demande interne et étrangère, avec un PIB en baisse de 0,5%. Dans ce cas, précise l'agence, la note de l'Espagne serait de nouveau abaissée.

En revanche, si l'Espagne dépasse les prévisions de croissance de S&P, la perspective du pays passerait à "stable".

"Nous pensons néanmoins que le gouvernement pourrait manquer ses objectifs budgétaires en raison de dépassements de dépenses au niveau des gouvernements locaux et régionaux et de la sécurité sociale, malgré une réduction du déficit budgétaire du gouvernement central plus importante que prévu", indique S&P.

L'agence table sur un déficit budgétaire du gouvernement central de 6,2% du PIB en 2011, globalement conforme aux prévisions du gouvernement espagnol (6%).

"Nous pensons néanmoins que des mesures supplémentaires seront nécessaires pour atteindre l'objectif de 4,4% du PIB en 2012", ajoute-t-elle, tablant sur 5,0% du PIB.

Une semaine plus tôt, Fitch Ratings avait abaissé de deux crans la note de l'Espagne, désormais établie à "AA-", contre "AA+" auparavant, soit la quatrième la plus élevée sur une échelle de vingt.

Pour Fitch aussi, la note est assortie d'une perspective "négative", qui implique que l'agence pourrait l'abaisser de nouveau à moyen terme.

Moody's devrait se prononcer d'ici à fin octobre sur un éventuel abaissement de la note espagnole, actuellement à "Aa2" (la troisième meilleure possible).

La croissance de l'Espagne, dopée pendant des années par sa bulle immobilière, a brutalement chuté quand cette dernière a éclaté fin 2008, au moment même où éclatait la crise financière internationale.

Elle a alors plongé dans 18 mois de récession, dont elle n'est ressortie, début 2010, qu'avec une croissance atone.

Première publication : 14/10/2011

  • ZONE EURO

    Barroso souhaite une recapitalisation "urgente" des banques

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les banques espagnoles dans le collimateur des agences de notation

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Moody's abaisse les notes de 12 banques britanniques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)