Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Economie

Après Fitch, Standard & Poor's dégrade à son tour la note de l'Espagne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/10/2011

Alors que l'élargissement du Fonds de soutien européen a été validé, Standard & Poor's a abaissé la note de l'Espagne, désormais à AA-. L'agence déplore une croissance incertaine et assortit cette note d'une perspective négative.

AFP - Une semaine après l'agence de notation Fitch, Standard and Poor's a abaissé à son tour jeudi d'un cran la note souveraine de l'Espagne, à "AA-", citant "les perspectives incertaines de croissance" du pays et la probable poursuite de la détérioration du système financier espagnol.


L'agence a précisé que la perspective de cette note restait "négative", notant que le pays était confronté à des "risques croissants" en raison d'un niveau de chômage élevé, d'un environnement financier plus difficile et du risque de ralentissement économique chez les principaux partenaires de l'Espagne.

La note "AA-", la quatrième meilleure possible, reste d'un niveau attribué aux émetteurs de haute qualité.

Cette décision est intervenue quelques heures après que la Slovaquie eut levé un obstacle majeur pour permettre à la zone euro de renforcer son système de défense contre la crise de la dette.

Le Parlement slovaque a approuvé le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF), permettant ainsi l'entrée en vigueur de cet outil incontournable de la réponse à la crise de la dette.

Pour expliquer sa décision, S&P a cité "les perspectives incertaines de croissance de l'Espagne à la lumière de la nécessité pour le secteur privé d'avoir accès à des financements extérieurs" au moment où le pays emprunte à des taux élevés en raison de l'affaiblissement de la confiance des prêteurs.

L'agence juge également "probable que la qualité des actifs du système financier espagnol continue à se détériorer", tandis que "la réforme incomplète du marché de l'emploi va continuer à freiner la reprise économique".

S&P a basé son analyse sur des prévisions de croissance de 0,8% en 2011 en termes réels et 1% en 2012, soit moins que ce qu'elle prévoyait il y a encore huit mois (1,5%).

Elle a évoqué la possibilité que l'économie retombe en récession l'an prochain, en raison notamment d'une baisse de la demande interne et étrangère, avec un PIB en baisse de 0,5%. Dans ce cas, précise l'agence, la note de l'Espagne serait de nouveau abaissée.

En revanche, si l'Espagne dépasse les prévisions de croissance de S&P, la perspective du pays passerait à "stable".

"Nous pensons néanmoins que le gouvernement pourrait manquer ses objectifs budgétaires en raison de dépassements de dépenses au niveau des gouvernements locaux et régionaux et de la sécurité sociale, malgré une réduction du déficit budgétaire du gouvernement central plus importante que prévu", indique S&P.

L'agence table sur un déficit budgétaire du gouvernement central de 6,2% du PIB en 2011, globalement conforme aux prévisions du gouvernement espagnol (6%).

"Nous pensons néanmoins que des mesures supplémentaires seront nécessaires pour atteindre l'objectif de 4,4% du PIB en 2012", ajoute-t-elle, tablant sur 5,0% du PIB.

Une semaine plus tôt, Fitch Ratings avait abaissé de deux crans la note de l'Espagne, désormais établie à "AA-", contre "AA+" auparavant, soit la quatrième la plus élevée sur une échelle de vingt.

Pour Fitch aussi, la note est assortie d'une perspective "négative", qui implique que l'agence pourrait l'abaisser de nouveau à moyen terme.

Moody's devrait se prononcer d'ici à fin octobre sur un éventuel abaissement de la note espagnole, actuellement à "Aa2" (la troisième meilleure possible).

La croissance de l'Espagne, dopée pendant des années par sa bulle immobilière, a brutalement chuté quand cette dernière a éclaté fin 2008, au moment même où éclatait la crise financière internationale.

Elle a alors plongé dans 18 mois de récession, dont elle n'est ressortie, début 2010, qu'avec une croissance atone.

Première publication : 14/10/2011

  • ZONE EURO

    Barroso souhaite une recapitalisation "urgente" des banques

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les banques espagnoles dans le collimateur des agences de notation

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Moody's abaisse les notes de 12 banques britanniques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)