Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

La justice française bloque l'accès au site Copwatch depuis la France

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/10/2011

La justice française a ordonné le blocage depuis la France du site de fichage de policiers Copwatch, créé par un "collectif de citoyens" pour "lutter contre les violences policières".

AFP - Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, qui avait saisi la justice en référé contre le site de fichage des policiers Copwatch, a obtenu gain de cause vendredi, et même plus, le tribunal de Paris ordonnant le blocage complet du site et non celui de certaines pages.

Oeuvre d'un "collectif de citoyens souhaitant lutter par la transparence et l'information contre les violences policières", le site internet Copwatch-Nord-Ile-de-France publie des photos de policiers et de gendarmes, parfois leurs noms, à qui il attribue des propos et auxquels il donne des appréciations.

Le ministre de l'Intérieur et le syndicat de gardiens de la paix Alliance se sont émus de cette pratique. A l'audience de mercredi, ils avaient rappelé que l'un des 450 policiers rendus identifiables grâce à Copwatch avait récemment porté plainte après avoir reçu "une cartouche de chasse dans sa boîte aux lettres".

Face à cette menace, le tribunal des référés de Paris a ordonné vendredi aux fournisseurs français d'accès à l'internet Free, France Telecom, SFR, Bouygues Telecom, Numéricable et Darty Telecom "de mettre en oeuvre ou faire mettre en oeuvre, sans délai, toutes mesures propres à empêcher l'accès" à ce site à partir du territoire français.

Le ministre de l'Intérieur avait demandé seulement la suppression d'une dizaine de pages qui permettaient d'accéder aux données personnelles concernant des gardiens de la paix. Mais les fournisseurs d'accès ayant plaidé à l'audience que cette mesure était techniquement impossible, le tribunal a ordonné une mesure plus radicale.

"Outrageants" et "diffamatoires"

Ce blocage, stipule le jugement, devra être maintenu "jusqu'à ce que soit rendue une décision définitive statuant sur les deux plaintes déposées le 4 octobre 2011 par le ministre de l'Intérieur contre X pour injures et diffamation envers des fonctionnaires de police et l'administration".

En revanche, il reviendra au ministre de "rembourser" aux fournisseurs d'accès "les coûts afférents à la mesure de blocage du site".

Le tribunal, présidé par Martine Provost-Lopin, estime que le site était bien injurieux. En effet, écrit-il, "les termes +la fosse commune de l'humanité, le charnier de l'évolution+ qui visent nommément +la Police et la Gendarmerie+ sont manifestement outrageants à leur égard".

D'autres passages publiés sur le site évoquant la "torture" qu'exercerait la police contre les migrants sont en outre "diffamatoires", a jugé le tribunal.

Enfin, en diffusant à leur insu les noms, les photos et les affectations de certains gendarmes ou policiers, le site "viole" la loi sur les données personnelles.

Pour toutes ces raisons, le site "cause un dommage tant aux fonctionnaires de police qu'à l'administration".

Vendredi, le tribunal a estimé que la mesure de blocage de certaines pages demandée par le ministre n'était "ni adaptée, ni proportionnée et qu'elle n'est donc nullement +propre+ à mettre fin au dommage." En effet, à l'audience de mercredi, les fournisseurs d'accès avaient relevé l'impossibilité technique d'une telle mesure.

Dans ces conditions, a tranché le tribunal, "il y a lieu de faire injonction aux sociétés fournisseurs d'accès (...) de procéder ou faire procéder au blocage du site".

Une telle mesure, justifie-t-il, n'est "rendue nécessaire et justifiée que par l'impossibilité actuelle d'identifier les responsables du site litigieux et son hébergeur". Les auteurs du site, hébergé aux Etats-Unis, se sont en effet entourés d'un luxe de précautions pour rester discrets.

"Je me réjouis de la décision de justice qui correspond à ce que demandait notre syndicat", a réagi auprès de l'AFP le secrétaire général d'Alliance, Jean-Claude Delage.

Première publication : 14/10/2011

  • FRANCE

    Claude Guéant s'attaque à un site internet "anti-flics"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)