Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Alexander Stubb, Premier ministre finlandais

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Françoise Degois, auteur de "Quelle histoire!"

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ceci est mon corps"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Boujnah, directeur banque et marché, France & Bénélux, Banco Santander

En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

FRANCE

La justice française bloque l'accès au site Copwatch depuis la France

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/10/2011

La justice française a ordonné le blocage depuis la France du site de fichage de policiers Copwatch, créé par un "collectif de citoyens" pour "lutter contre les violences policières".

AFP - Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, qui avait saisi la justice en référé contre le site de fichage des policiers Copwatch, a obtenu gain de cause vendredi, et même plus, le tribunal de Paris ordonnant le blocage complet du site et non celui de certaines pages.

Oeuvre d'un "collectif de citoyens souhaitant lutter par la transparence et l'information contre les violences policières", le site internet Copwatch-Nord-Ile-de-France publie des photos de policiers et de gendarmes, parfois leurs noms, à qui il attribue des propos et auxquels il donne des appréciations.

Le ministre de l'Intérieur et le syndicat de gardiens de la paix Alliance se sont émus de cette pratique. A l'audience de mercredi, ils avaient rappelé que l'un des 450 policiers rendus identifiables grâce à Copwatch avait récemment porté plainte après avoir reçu "une cartouche de chasse dans sa boîte aux lettres".

Face à cette menace, le tribunal des référés de Paris a ordonné vendredi aux fournisseurs français d'accès à l'internet Free, France Telecom, SFR, Bouygues Telecom, Numéricable et Darty Telecom "de mettre en oeuvre ou faire mettre en oeuvre, sans délai, toutes mesures propres à empêcher l'accès" à ce site à partir du territoire français.

Le ministre de l'Intérieur avait demandé seulement la suppression d'une dizaine de pages qui permettaient d'accéder aux données personnelles concernant des gardiens de la paix. Mais les fournisseurs d'accès ayant plaidé à l'audience que cette mesure était techniquement impossible, le tribunal a ordonné une mesure plus radicale.

"Outrageants" et "diffamatoires"

Ce blocage, stipule le jugement, devra être maintenu "jusqu'à ce que soit rendue une décision définitive statuant sur les deux plaintes déposées le 4 octobre 2011 par le ministre de l'Intérieur contre X pour injures et diffamation envers des fonctionnaires de police et l'administration".

En revanche, il reviendra au ministre de "rembourser" aux fournisseurs d'accès "les coûts afférents à la mesure de blocage du site".

Le tribunal, présidé par Martine Provost-Lopin, estime que le site était bien injurieux. En effet, écrit-il, "les termes +la fosse commune de l'humanité, le charnier de l'évolution+ qui visent nommément +la Police et la Gendarmerie+ sont manifestement outrageants à leur égard".

D'autres passages publiés sur le site évoquant la "torture" qu'exercerait la police contre les migrants sont en outre "diffamatoires", a jugé le tribunal.

Enfin, en diffusant à leur insu les noms, les photos et les affectations de certains gendarmes ou policiers, le site "viole" la loi sur les données personnelles.

Pour toutes ces raisons, le site "cause un dommage tant aux fonctionnaires de police qu'à l'administration".

Vendredi, le tribunal a estimé que la mesure de blocage de certaines pages demandée par le ministre n'était "ni adaptée, ni proportionnée et qu'elle n'est donc nullement +propre+ à mettre fin au dommage." En effet, à l'audience de mercredi, les fournisseurs d'accès avaient relevé l'impossibilité technique d'une telle mesure.

Dans ces conditions, a tranché le tribunal, "il y a lieu de faire injonction aux sociétés fournisseurs d'accès (...) de procéder ou faire procéder au blocage du site".

Une telle mesure, justifie-t-il, n'est "rendue nécessaire et justifiée que par l'impossibilité actuelle d'identifier les responsables du site litigieux et son hébergeur". Les auteurs du site, hébergé aux Etats-Unis, se sont en effet entourés d'un luxe de précautions pour rester discrets.

"Je me réjouis de la décision de justice qui correspond à ce que demandait notre syndicat", a réagi auprès de l'AFP le secrétaire général d'Alliance, Jean-Claude Delage.

Première publication : 14/10/2011

  • FRANCE

    Claude Guéant s'attaque à un site internet "anti-flics"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)