Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Afrique

L'Arche de Zoé : l'État tchadien réclame 3,6 millions d'euros à un médecin

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/10/2011

Les autorités tchadiennes ont sollicité le tribunal de grande instance de Dignes-les-Bains (France) afin d'obtenir 3,6 millions d'euros d'un médecin proche de L'Arche de Zoé, l'organisation humanitaire condamnée pour avoir enlevé des enfants en 2007.

REUTERS - L'État tchadien est venu réclamer jeudi 6,3 millions d'euros à un médecin français proche de l'association L'Arche de Zoé devant le tribunal de grande instance de Digne-les-Bains, qui rendra sa décision le 27 octobre.

L'Association tchadienne pour le bien-être familial poursuivait en référé le docteur Philippe Van Winkelberg, impliqué selon elle dans une affaire de tentative d'enlèvement d'enfants du Tchad vers la France en 2007.

Le Tchad réclame au médecin l'exécution de l'arrêt de la cour de N'Djamena qui avait condamné en octobre 2010 L'Arche e Zoé à 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts pour enlèvement d'enfants.

A l'époque, six membres responsables de l'association avaient été condamnés à huit ans de travaux forcés ainsi qu'à verser solidairement 6,3 millions d'euros aux familles des 103 enfants, présentés comme des orphelins du Darfour, qu'ils voulaient emmener en France pour les faire adopter.

Après intervention diplomatique française, les condamnés ont été graciés en 2008 mais la question des dommages et intérêts est restée valable pour l'État tchadien.

"Cette procédure contre le docteur Winkelberg est nulle" a dit à l'audience Me Françoise Davideau, l'avocate du médecin.

"Les règles de procédure de sont pas respectées, les familles des enfants tchadiens ne se sont pas portées parties civiles et ne sont évidemment pas présentes ici. Par ailleurs mon client n'a jamais été membre de l'association L'Arche de Zoé, il est le seul otage d'une procédure irrecevable et dont je demande la nullité".

L'avocate a ajouté que le Tchad ne pouvait pas demander l'exécution d'une décision de justice ni désigner une association pour représenter des parties civiles qui n'existent pas.

Philippe Van Winkelberg a qualifié la procédure de "grotesque".

"Cette affaire, je la subis depuis quatre ans et j'y ai laissé des plumes qui ne sont pas seulement psychologiques", a-t-il dit.

"Je n'ai jamais été jugé au Tchad, je n'ai jamais fait partie de L'Arche de Zoé, je suis allé là-bas comme médecin pour une seule mission, m'occuper d'enfants orphelins de guerre et les soigner. C'est tout. Je n'ai jamais pris aucune décision opérationnelle et aujourd'hui, je suis le seul à qui l'on réclame six millions d'euros".

Le défenseur de l'association représentant l'Etat tchadien, Me Dominique Jourdain, a persisté dans ses accusations contre le médecin. "Il est allé au Tchad pour enlever des mômes", a-t-il dit. "C'est répugnant, c'est tout sauf une opération humanitaire".
 

Première publication : 14/10/2011

COMMENTAIRE(S)