Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Economie

L’Europe prise au piège de la zone euro

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 14/10/2011

Dans un contexte mondial toujours marqué par la crise de 2008, la zone euro menace de retomber en récession, selon les dernières prévisions de l’OFCE, l’institut économique de Sciences-Po.

"Il y a six mois, nous estimions que la France était sur la voie du redressement économique. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas”, regrette Eric Heyer, directeur adjoint du département analyse et prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Tous les indicateurs qui reprenaient des couleurs - moral des entrepreneurs, exportations et amélioration en vue sur le marché de l’emploi - sont de nouveau en berne pour 2012, selon les prévisions de l’organisme rendues publiques vendredi.

Pour l’an prochain en effet, l’OFCE n’anticipe dorénavant, en France, qu’une croissance de 0,8% - contre plus de 1% il y a six mois. “Il existe même un risque de récession”, insiste Éric Heyer. Mais cette dégradation rapide de la situation concerne en fait tous les pays de l’Union européenne. Même le bon élève allemand devrait passer d’une croissance de 2,9% en 2011 à seulement 1,2 % l’année prochaine…

“Éviter à tout prix le défaut de paiement grec"

En cause : les "insuffisances de la construction européenne" qui, selon Xavier Timbeau, directeur du département analyse et prévision de l'OFCE, se sont "refermées comme un piège" sur les États membres de la zone euro. En clair : dans le contexte actuel hérité de la crise financière de 2008, le fait d’être membre du club des 17 pays utilisant la monnaie unique européenne serait plus un handicap qu’un avantage.

À l’origine de ce constat, il y a, encore et toujours, la tragédie grecque. Constatant l’impossibilité d’Athènes à reduire son déficit, les marchés ont pris en grippe l'ensemble - ou presque (à l'exception de quelques pays du nord de l'Europe) - des dettes souveraines de la zone euro, notamment celles de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal.

C’est pourquoi “la priorité numéro un doit être d’éviter un défaut de paiement grec”, martèle Xavier Timbeau. Une exhortation qui détonne à l’heure où même les responsables européens semblent se résigner à la possibilité d’une restructuration de la dette grecque. Pour lui en effet, l’hypothèse d’une faillite de la Grèce ouvrirait la porte à une réaction en chaîne qui pourrait être pire que celle qui a suivi la chute de la banque Lehman Brothers, en septembre 2008. C’est ce que le patron de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, appelait, lundi dernier, le “risque systémique” de la crise actuelle.

Paradoxe européen

Autre effet de ce poison grec : l'austérité partout, pour tous, les gouvernements européens craignant de subir à leur tour les foudres des agences de notation et ne pouvant, en outre, compter sur la planche à billets de la BCE pour se financer. Contrairement aux États-Unis ou au Royaume-Uni, l'institution n’a, en effet, pas vocation, selon le traité de Rome, à injecter de l’argent dans l’économie européenne en rachetant de la dette des pays membres. Et même si elle a commencé à le faire malgré tout à la fin de 2010, c'est de manière très ponctuelle, plus timide que la Réserve fédérale américaine ou la Bank of England.

“On s’est donc retrouvé dans une situation paradoxale puisqu’au lieu de faire des politiques de relance pour encourager la reprise, les États se sont convertis à la rigueur”, analyse encore Xavier Timbeau, qui remarque même que cette vague d’austérité s’est accentuée ces six derniers mois.

Conséquence de ce piège européen : une chute brutale de la croissance. Sans politique de rigueur, la France aurait ainsi pu prétendre à une augmentation de 2,4% de son PIB au lieu du 0,8% anticipé, et l’Espagne de 3,8% et non de 0,9% comme le prévoient les spécialistes de l’OFCE. Des chiffres qui, au demeurant, sont loin d’être abstraits puisqu’ils devraient se traduire par une nouvelle envolée du chômage. En France, par exemple, le taux de chômage, qui a chuté en 2011 à 9,2%, devrait remonter à 9,6% l’an prochain.

Première publication : 14/10/2011

  • ZONE EURO

    Après Fitch, Standard & Poor's dégrade à son tour la note de l'Espagne

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Barroso souhaite une recapitalisation "urgente" des banques

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Crise de la dette : la solution est simple selon les deux nouveaux Nobel d'économie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)