Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Culture

La condamnation du cinéaste Jafar Panahi confirmée en appel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/10/2011

La condamnation du cinéaste Jafar Panahi à six ans de prison et vingt ans d'interdiction de faire des films a été confirmée par une coup d'appel iranienne. Il avait été accusé en décembre 2010 d'activités "contre la sécurité nationale".

AFP - Une cour d'appel iranienne a confirmé la condamnation du cinéaste Jafar Panahi à six ans de prison et vingt ans d'interdiction de faire des films, de voyager ou de donner des interviews, a indiqué samedi un membre de sa famille à l'AFP.

M. Panahi, qui demeurait samedi en liberté selon la même source, avait été condamné en décembre 2010 pour "activités contre la sécurité nationale et propagande contre le régime" après avoir entamé la réalisation d'un film sur les troubles ayant suivi la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.

Agé de 51 ans, Jafar Panahi, connu pour ses satires sociales grinçantes, est l'un des cinéastes de la "nouvelle vague" iranienne les plus connus à l'étranger où il a reçu de très nombreuses récompenses, notamment aux festivals de Cannes, Berlin ou Venise.

Sa condamnation en décembre dernier avait suscité une vague de protestation dans les milieux artistiques et politiques européens, qui se sont mobilisés pour demander à Téhéran d'abandonner les poursuites contre le cinéaste.

Le jugement en appel "a été rendu il y a deux semaines mais n'a pas encore été appliqué et Jafar Panahi demeure libre pour l'instant", a indiqué le même membre de sa famille à l'AFP.

"Nous n'avons pas reçu d'information sur ce verdict qui ne nous a pas été confirmé" officiellement, a toutefois précisé à l'AFP l'avocate du cinéaste Farideh Ghairat.

Le quotidien gouvernemental Iran a, de son côté, indiqué samedi que la cour d'appel avait confirmé la sentence initiale sur les mêmes bases "d'action contre la sécurité nationale et propagande contre le régime".

La condamnation de Jafar Panahi inclut également l'interdiction d'écrire des scénarios pendant 20 ans, selon le journal. Il a précisé que Jafar Panahi, une fois sa peine de prison purgée, pourrait être autorisé à se rendre à l'étranger uniquement pour participer au pèlerinage à la Mecque ou "pour raisons médicales".

Le quotidien gouvernemental a par ailleurs indiqué que la Cour d'appel avait réduit à un an de prison, contre six auparavant, la peine de prison de Mohammad Rassoulof, jeune cinéaste qui travaillait avec M. Panahi sur le film qui leur a valu d'être condamnés ensemble en décembre 2010.

Mohammad Rasoulov avait été condamné en première instance pour les mêmes motifs que Jafar Panahi.
 

Première publication : 15/10/2011

  • CINÉMA

    Les proches de Jafar Panahi veulent croire à l'utilité des pressions internationales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)