Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

François Hollande remporte l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2012

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/10/2011

Le socialiste François Hollande a remporté l'investiture de son parti pour la présidentielle de 2012 avec plus de 56 % des voix contre 43 % pour Martine Aubry, à l'issue d'une primaire inédite qui aura mobilisé plus de 2,7 millions d'électeurs.

AFP - François Hollande a largement remporté dimanche soir la primaire socialiste face à Martine Aubry et portera donc les couleurs du PS en 2012, probablement face à Nicolas Sarkozy, avec l'ambition de "réenchanter le rêve français".

Le second tour a été marqué par une participation en hausse, signe d'une "légitimité" forte pour le futur candidat PS, ont fait remarquer plusieurs ténors du parti.

Désireux de montrer l'unité des socialistes après plusieurs mois d'une campagne parfois tendue, Martine Aubry, Ségolène Royal, Manuel Valls ou encore Pierre Moscovici, son coordinateur de campagne, et l'ex-Premier ministre Laurent Fabius, soutien de la maire de Lille, ont accueilli sur le perron du siège du PS le vainqueur, arrivé vers 21h20 rue de Solférino.

Devant des centaines de militants et sympathisants de gauche rassemblés dans la cour, scandant "tous ensemble socialistes!", l'élu corrézien a dit son "besoin de l'unité, du rassemblement, d'un parti socialiste solidaire" pour "la vraie bataille" à venir en 2012.

M. Hollande entend "réenchanter le rêve français", "celui qui a permis à des générations durant toute la République (de) croire à l'égalité et au progrès".

"C'est pourquoi j'ai fait de l'école de la République la grande priorité de ce qui pourra être demain mon prochain quiquennat", a lancé celui qui avait reçu le soutien des quatre éliminés du premier tour (Montebourg, Royal, Valls et Baylet).

Une demi-heure plus tôt, Martine Aubry dont M. Hollande a souligné "la dignité", avait reconnu et salué "chaleureusement" la "victoire" de son rival, annonçant qu'elle allait reprendre son poste de première secrétaire, après l'avoir abandonné pendant la durée de sa campagne.

Selon des résultats partiels portant sur près de 2,2 millions de bulletins dépouillés, le député de Corrèze était en tête avec 56,38% de voix, contre 43,62% à la maire de Lille.

C'est une "avance incontestable" et une "marque de confiance très forte" pour M. Hollande, a déclaré son ex-compagne Ségolène Royal. Le PS "offre son meilleur candidat à la France" (Harlem Désir) et a désormais "un leader incontesté" (Arnaud Montebourg).

Auparavant, le porte-parole du PS Benoît Hamon, proche de Martine Aubry, avait reconnu "avec tristesse" la défaite de sa championne.

A 17H00, deux heures avant la fermeture des bureaux, la participation était "en hausse de 6%" par rapport au premier tour à la même heure, selon Harlem Désir, disant s'attendre à dépasser les près de 2,7 millions de votants de dimanche dernier.

En outre-mer, François Hollande l'emporte largement en Guadeloupe (77,44%, définitif), en Martinique (72,44%, quasi-définitif) et en Guyane (62%, quasi-définitif). Egalement en tête en Nouvelle-Calédonie (55%). En revanche, Aubry est devant à La Réunion (55/45).

Dans la matinée, le député corrézien, très souriant, avait été le premier finaliste à voter dans son fief de Tulle. Une heure plus tard à Lille, Martine Aubry, 61 ans, s'était dite "confiante et sereine" avant de glisser son bulletin dans l'urne.

Scrutin inédit en France, la primaire a connu un important succès avec notamment de fortes audiences lors des quatre débats télévisés et un pic à 5,9 millions de téléspectateurs pour le duel de l'entre-deux tours.

Cet engouement a semé une belle pagaille à droite, jusqu'au sommet de l'exécutif: mardi, Nicolas Sarkozy a sèchement démenti son Premier ministre, François Fillon (qui avait salué "un processus moderne"), en jugeant la primaire contraire à l'esprit de la Ve République.

Jean-François Copé (UMP) a minimisé la victoire de François Hollande, en estimant qu'avec tous les ralliements qu'il avait engrangés, il aurait dû l'emporter avec "65 ou 70%" des voix. "Monsieur je ratisse tout, je ramasse tout mais je ne me positionne sur rien", a raillé Christian Jacob pendant que Laurent Wauquiez fixait l'objectif de la majorité : "rassembler le peuple de France".

Grand absent de ce scrutin auquel il prévoyait de se présenter avant que n'éclate l'affaire du Sofitel, Dominique Strauss-Kahn a voté en toute discrétion à Sarcelles.

PORTRAIT DE FRANÇOIS HOLLANDE

Première publication : 16/10/2011

  • PRIMAIRE SOCIALISTE

    Forte mobilisation des électeurs pour choisir entre Hollande et Aubry

    En savoir plus

  • PRIMAIRE SOCIALISTE

    Montebourg a voté Hollande, mais n'a pas donné de consigne de vote

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)