Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • En direct : Laurent Fabius à la conférence des ambassadeurs

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

Asie - pacifique

La population de Bangkok s'affaire face au risque d'inondation de la ville

Vidéo par Cyril PAYEN , Régis DESCONCLOIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/10/2011

Dimanche, Bangkok était encore épargnée par les inondations qui ont submergé plus d'un tiers du pays et fait près de 300 morts depuis le mois de juillet. Si d'innombrables barrages ont été dressés, le risque de voir la ville submergée demeure.

AFP - Le centre de Bangkok était toujours au sec dimanche, grâce aux innombrables digues et barrages dressés au nord de la ville et qui semblaient tenir le choc, malgré la menace des pires inondations depuis des décennies.

Les autorités ont pour l'instant réussi à protéger une mégalopole de 12 millions d'habitants, en laissant en revanche des millions d'autres personnes au nord de la ville affronter parfois plusieurs mètres d'eau.

Au Cambodge, les inondations les plus mportantes depuis 10 ans

"Le gouvernement thaïlandais fera tout ce qui est possible pour réduire les souffrances de la population et j'espère que tout le monde va se regrouper pour que nous franchissions cette épreuve", a déclaré la Premier ministre Yingluck Shinawatra.

En fin de journée, le ministre de l'Agriculture a évoqué des "signes positifs", estimant que le niveau d'eau était "susceptible de baisser" au fur et à mesure que l'eau s'évacuait vers la mer. Et ce malgré des pluies toujours très abondantes.

"Une bonne quantité d'eau a traversé Bangkok (samedi) vers le Golfe de Thaïlande", s'est félicité Theera Wongsamut, évoquant des volumes "stables" dans les prochains jours.

Dimanche, un photographe de l'AFP a pu survoler une zone de plus d'une centaine de kilomètres au nord de Bangkok, dans un hélicoptère de l'armée thaïlandaise, découvrant une immense étendue d'eau d'où ne dépassaient que quelques arbres et les étages supérieurs des habitations.

Au nord d'Ayutthaya, l'ancienne capitale impériale qui abrite des temples classés au patrimoine mondial ainsi que des zones industrielles, "c'est la mer, plus rien ne dépasse, à peine quelques arbres", a-t-il témoigné.

Des habitants ont trouvé refuge sur un pont, sur lequel une vaste tente marabout avait été dressée. D'autres nageaient pour aller récupérer des sacs de rations alimentaires que leur jetaient les soldats.

Les inondations, les pires depuis des décennies, touchent aujourd'hui un tiers du territoire national, avec un bilan porté à 297 morts.

Des sacs de sable ont été empilés les uns sur les autres le long des canaux et du fleuve Chao Phraya, au coeur de Bangkok, et les autorités ont réussi à combler une brèche dans une digue au nord de la ville, dont l'ouverture jeudi avait provoqué un début de panique.

Le pouvoir affirme depuis quelques jours que ce week-end est celui de tous les dangers, avec l'arrivée de masses d'eau du nord du pays face aux grandes marées, susceptibles de ralentir leur évacuation.

Pour accélérer leur débit, les autorités ont demandé à un millier de bateaux de s'aligner, moteurs allumés, sur les fleuves Chao Phraya, Bang Pa Kong et Tha Chin. L'impact sera limité, a reconnu Yingluck, mais la mesure reste "utile et efficace".

La Chine, le Japon et les Etats-Unis ont apporté un soutien financier et logistique. Washington a envoyé un appareil de transport militaire depuis le Japon pour acheminer des milliers de sacs de sable ainsi que dix soldats, selon l'ambassade américaine.

Dimanche, la situation était normale dans le centre de Bangkok, dans la plupart des grands sites touristiques du pays et à l'aéroport international.

Le dernier mur de protection atteint 4,3 mètres, a indiqué Therdthum Wongkalasin, ingénieur civil du Département d'irrigation du gouvernement. "Nous pouvons mettre plus de sacs de sable (...). Nous pouvons dire que Bangkok est sécurisée parce qu'on reçoit beaucoup d'aide des soldats".

Des experts ont évoqué une facture d'environ 150 milliards de bahts (3,5 milliards d'euros), de 1,3 à 1,5% du Produit intérieur brut.
 

Première publication : 16/10/2011

  • THAÏLANDE

    Bangkok épargnée par les inondations historiques qui touchent la Thaïlande

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Menace d'inondations monstres et panique générale à Bangkok

    En savoir plus

  • INTEMPÉRIES

    Plus de 200 morts à la suite d'inondations historiques en Thaïlande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)