Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler!

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Les Algériens de France : un vote courtisé

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

Amériques

"L'ange blond de la mort", Alfredo Astiz, condamné à la perpétuité

©

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/10/2011

Au terme d'un procès-fleuve, l'ex-officier de marine Alfredo Astiz et onze de ses co-accusés ont été condamnés à la prison à vie. L'"ange blond de la mort" était jugé pour des crimes commis dans les années 1970 sous la dictature argentine.

REUTERS - Alfredo Astiz, surnommé "l'Ange blond de la mort", et 11 autres personnes ont été condamnés mercredi à la réclusion à perpétuité en Argentine au terme d'un procès-fleuve sur les crimes de la dictature dans les années 1970.

Alfredo Astiz et d'autres membres des escadrons de la mort étaient jugés pour les crimes commis à l'Ecole supérieure mécanique de la marine argentine (ESMA), où environ 5.000 dissidents ont été emprisonnés et torturés sous la dictature, de 1976 à 1983. Peu de prisonniers en sont sortis vivants.

Au terme de ce procès de 22 mois, au cours duquel ont témoigné 79 survivants, 12 accusés ont été emprisonnés à vie tandis que quatre autres ont été condamnés à des peines allant de 18 à 25 ans de prison.

Parmi les condamnés à la réclusion à perpétuité figure notamment Jorge Acosta, surnommé "le Tigre", qui a déclaré au cours du procès que "les atteintes aux droits de l'homme sont inévitables durant une guerre".

Malgré la nuit froide, des centaines de personnes s'étaient rassemblées à l'extérieur du tribunal de Buenos Aires, lui-même bondé, pour écouter le jugement. Certaines brandissaient des portraits des victimes. La foule a applaudi à l'énoncé de chaque verdict.

"Nous pouvons enfin vivre en paix, sachant que justice a été rendue", a dit une femme à une chaîne de télévision argentine.

Les insultes ont fusé contre Alfredo Astiz lorsque sa condamnation a été annoncée. Une fois l'ensemble des jugements prononcés, la foule s'est mise à danser, certains pleurant, d'autres s'embrassant.

Ancien officier de marine, Alfredo Astiz s'était vanté de ses crimes dans une interview donnée en 1998 à un magazine. Il s'était alors présenté comme "l'homme le mieux formé en Argentine pour tuer des journalistes et des politiques".

"Je ne regrette rien", avait-il également déclaré.

Infiltration

Durant la dictature, il a infiltré des organisations de défense des droits de l'homme dont des membres étaient ensuite enlevés. Il a été condamné par contumace en France pour
l'enlèvement de deux religieuses françaises emprisonnées à l'ESMA, la plus célèbre des prisons clandestines de la dictature militaire.

On estime qu'environ 200 personnes seulement ont survécu aux geôles installées dans cette école militaire. La plupart des 5.000 autres prisonniers ont été drogués, mis dans des avions et largués en mer.

Alors que les prisonniers étaient détenus pendant des heures, pour certains pendant des années, sous les combles de la résidence des officiers de l'ESMA, ces derniers continuaient de vivre une vie normale dans les étages inférieurs.

Les organisations de défense des droits de l'homme estiment à 30.000 morts le nombre des victimes des six années de dictature en Argentine.

Après la chute du régime militaire, d'anciens membres de la junte ont été condamnés avant de bénéficier d'amnisties.

Alfredo Astiz a lui-même tenté de reprendre une vie normale. Il a ainsi été photographié dans des boîtes de nuit ou sur ses lieux de vacances. Devenu un symbole des crimes de la dictature, il a toutefois été agressé à plusieurs reprises en public.

En 2005, la Cour suprême d'Argentine est revenue sur les lois d'amnistie à la demande du président de l'époque, Nestor Kirchner, dont la veuve Cristina Fernandez vient d'être réélue à la tête du pays.

Depuis, la justice argentine a condamné plusieurs anciens officiers pour atteintes aux droits de l'homme.

Nestor Kirchner et Cristina Fernandez se sont rencontrés alors qu'ils étaient étudiants dans les années 1970. Plusieurs de leurs amis ont été enlevés et assassinés à cette époque en raison de leurs activités politiques.

 

Première publication : 27/10/2011

Comments

COMMENTAIRE(S)