Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Syrie : de Yarmouk à Paris, les "réfugiés du rap" racontent la guerre en chansons

En savoir plus

FOCUS

Trois ans après l'annexion, un pont entre la Russie et la Crimée cher à Vladimir Poutine

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fellag : 60 ans d’histoire de l’Algérie revisités avec humour et tendresse

En savoir plus

Economie

Bruxelles autorise le sauvetage du volet belge de Dexia

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/10/2011

La commission européenne autorise temporairement et sous conditions la cession de la filiale belge de Dexia à l'État belge. La banque franco-belge, dont le démantèlement a commencé ce lundi, a succombé à la crise de la dette souveraine.

REUTERS - Le volet belge du sauvetage de Dexia a été autorisé temporairement lundi par la Commission européenne, qui dit reconnaître que l'acquisition de Dexia Banque Belgique par l'Etat belge pour quatre milliards d'euros répond à une volonté de préserver la stabilité financière.

Dans un communiqué, l'exécutif communautaire annonce toutefois l'ouverture d'une enquête pour s'assurer que l'opération ne contrevient pas aux règles en matière d'aides d'Etat et demande à la Belgique de lui présenter dans un délai de six mois un nouveau plan de restructuration de la banque.
 
"L'analyse de la Commission portera en particulier, sur la capacité du nouveau plan de restructuration à permettre le retour à la viabilité à long terme des entités continuant leur activité, à imposer à toutes les parties concernées une contribution propre satisfaisante aux coûts de restructuration à limiter les distorsions de concurrence occasionnées par les aides d'Etats", dit la Commission dans le texte.
 
La Belgique, la France et le Luxembourg ont entamé lundi dernier le démantèlement de Dexia , premier groupe bancaire européen de grande taille à succomber à la crise de la dette souveraine en zone euro.
 
En France, le projet de loi apportant les garanties de l'Etat français à la banque franco-belge est examiné dans la soirée.
 
Les députés de gauche de l'Assemblée nationale ont décidé de voter contre ce projet.
 

 

Première publication : 17/10/2011

  • BANQUES

    Démantèlement de Dexia : la Belgique roulée dans la farine ?

    En savoir plus

  • BANQUES

    Le Qatar va acquérir les banques luxembourgeoises Dexia BIL et KBL

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)