Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "sains et saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Irak : offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

FRANCE

Pourquoi François Hollande inquiète tant l'UMP ?

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 17/10/2011

La victoire de François Hollande à la primaire socialiste a entraîné des réactions virulentes dans le camp présidentiel. Certains politologues estiment en effet que la candidature du député corrézien est une sérieuse menace pour l'UMP.

À peine a-t-il endossé son nouveau costume de candidat socialiste à la présidentielle dimanche que François Hollande a dû faire face aux piques de la majorité présidentielle. Comme la semaine dernière, c’est Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, qui a ouvert les hostilités. "Je pensais qu’il allait briguer jusqu’à 65% ou 70% des voix puisqu’il avait tout le monde avec lui", a lâché l’ancien ministre délégué au Budget, sur le plateau de France 2, en cherchant à minimiser le succès du député de Corrèze. De son côté, Christian Jacob, le patron des députés UMP, ironisait sur le résultat du soir : "Monsieur je ratisse tout, je ramasse tout mais je ne me positionne sur rien (…), et bien maintenant on va voir comment il va s’en sortir", a-t-il prévenu.

Dans cette avalanche d’amabilités, seul Patrick Devedjian, l’ancien numéro un du parti présidentiel, a salué la victoire du candidat, la jugeant "réelle". À la différence de ce que beaucoup pensent sûrement tout bas à l'UMP, le président du Conseil général des Hauts-de-Seine a reconnu que, "bien sûr", François Hollande était un "danger" pour Nicolas Sarkozy.

L’UMP fébrile ?

"Toutes ces réactions virulentes de la droite sont pour moi des symptômes de fébrilité", estime Mariette Sineau, politologue au centre de recherche de Sciences Po (Cevipof). "Il est évident que la candidature de François Hollande déstabilise son camp, voire qu’elle le fragilise."

"François Hollande est une personnalité consensuelle et rassembleuse, c’est une mauvaise nouvelle pour Nicolas Sarkozy", renchérit de son côté Gérard Grunberg, directeur de recherche au CNRS. Selon lui, le maire de Tulle est un compétiteur sérieux, capable de ravir à Nicolas Sarkozy une grande partie de l’électorat du centre tant convoité pour le poids qu'il représente dans une élection présidentielle. "Il pourrait attirer l’électorat de François Bayrou [chef de file du Modem, ndlr], voire créer une alliance avec ce dernier."

PORTRAIT DE FRANÇOIS HOLLANDE

"Martine Aubry était moins dangereuse"

La tâche s’annonce donc compliquée pour le président – qui ne s’est toujours pas déclaré candidat –, et dont l'entourage a souvent laissé entendre qu'il aurait préféré affronter la maire de Lille, Martine Aubry, plus facile pour lui à contrer, estime Mariette Sineau. Et cela, pour trois raisons.

Premièrement, développe la politologue, parce qu’elle ne draguait pas les mêmes électeurs que la droite. "Elle était moins dangereuse, elle incarnait la ‘vraie’ candidature socialiste, celle qui lorgnait l’électorat de Montebourg [celui le plus à gauche du PS, ndlr], pas l’électorat du centre, qui se reporte généralement sur le candidat de droite au second tour d'une présidentielle." Deuxièmement, continue-t-elle, parce qu’elle confortait la stratégie de Nicolas Sarkozy : "Entre l’extrême droite de Marine le Pen et la gauche dure qu'elle symbolisait, le président apparaissait facilement comme le modéré. Ce n’est plus le cas." Et enfin, termine la politologue, parce que la maire de Lille traîne une casserole politique, véritable pain béni pour l’UMP : "Elle est associé à la réforme des '35 heures', une mesure très décriée et impopulaire que Sarkozy lui aurait servi à toutes les sauces."

Hollande : un tribun hors pair

François Hollande, est, quant à lui, un candidat plus lisse. Si le fait de n'avoir jamais occupé de fonction ministérielle est un handicap que beaucoup lui reprochent, "c'est aussi un atout. De fait, il n'a aucune boulette politique à assumer", souligne Mariette Sineau. Loin d’être un sanguin, le maire de Tulle n’est pas non plus un adepte du rapport de force. C'est au contraire un homme posé, un trait de personnalité "agaçant" pour Nicolas Sarkozy, juge la politologue. "François Hollande est une personnalité qui n’offre pas de prise. Or, le président aime énerver ses adversaires, les pousser à bout politiquement."

Surtout, poursuit-elle, François Hollande possède un atout de taille dans la course à la magistrature suprême. C’est un tribun hors pair, "un bon orateur qui sait galvaniser les foules. Et sa bonhomie naturelle est un coup dur face au ‘bling bling’ de Sarkozy."

Reste à savoir si ces atouts permettront au maire de Tulle de s’imposer dans la course à l'Elysée. Car aujourd’hui, il lui reste tout à faire à six mois de l’échéance : séduire l’électorat populaire attiré par les extrêmes, trouver une alliance avec les Verts, et - bien sûr - rallier les voix du centre. "Il a tout à prouver mais il semble bien parti", estime Roselyne Febvre, spécialiste politique de FRANCE 24. Élu haut la main à la primaire socialiste (56%) par près de trois millions d’électeurs, omniprésent depuis quelques semaines sur la scène médiatique, "Hollande est bien positionné dans la course, on le sent libéré, attaquant", ajoute-t-elle avant de conclure : "C’est un homme d’une grande finesse d’esprit, à l’intelligence tactique brillante (…) Il est tout à fait légitime que l’UMP soit aujourd’hui passablement effrayée par sa candidature." 

Première publication : 17/10/2011

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    Fort de sa "large" victoire, Hollande se pose en candidat du rassemblement

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    François Hollande élu candidat du Parti socialiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)