Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Economie

Jean-Cyril Spinetta reprend les commandes d'Air France-KLM

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/10/2011

Air France-KLM a annoncé, ce lundi, la démission de son directeur général Pierre-Henri Gourgeon, poussé vers la sortie par le président Jean-Cyril Spinetta qui retrouve à 68 ans son fauteuil de PDG du groupe franco-néerlandais.

AFP - Le patron d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon, a été poussé vers la sortie lundi par son ancien mentor, Jean-Cyril Spinetta, qui va reprendre les manettes de la compagnie après un conflit ouvert, alors que le groupe franco-néerlandais peine à se redresser.
              
M. Gourgeon a présenté sa démission lors d'un Conseil d'administration extraordinaire. Mais cette démission apparaît davantage comme un limogeage, plusieurs sources proches du dossier ayant confié à l'AFP combien le climat était dégradé entre les deux hommes ces derniers mois.
              
A 68 ans, M. Spinetta reprend donc les manettes d'Air France-KLM en tant que PDG après avoir déjà dirigé le groupe pendant près de 12 ans, a annoncé le groupe dans un communiqué publié lundi soir.
              
Il sera épaulé par le Néerlandais Leo Van Wijk, avec lequel ils ont créé le groupe Air France-KLM, né du rapprochement des compagnies nationales française et néerlandaise en 2004.
              
Alexandre de Juniac, ancien directeur de cabinet de l'ex-ministre de l'Economie Christine Lagardre, devient lui président-directeur général de la compagnie Air France, la branche française du groupe.
              
Jusqu'à présent M. Gourgeon, 65 ans, occupait la double fonction de directeur général d'Air France-KLM et d'Air France. Il n'avait donc jamais obtenu le titre de président, contrairement à M. de Juniac, 48 ans, nouveau venu dans le groupe.
              
Dans une lettre adressée aux 50.000 employés d'Air France et que l'AFP a pu se procurer, M. Gourgeon explique que "cette décision, totalement inattendue," lui a été annoncée seulement vendredi après-midi.
              
Visiblement affecté, il a reçu de nombreuses marques de soutien lundi et notamment des familles de victimes du crash Rio-Paris, une des pires épreuves qu'il a eu à gérer, a rapporté à l'AFP une source interne à Air France.
              
Par ailleurs, les pilotes ont voté contre le départ de leur patron, critiquant "le retour en arrière" effectué par le groupe, selon cette source.
              
Mais pour les administrateurs, ce remaniement se justifie par la nécessité d'améliorer "la performance opérationnelle et financière".
              
Le groupe est moins compétitif que ses concurrents européens et les derniers résultats trimestriels publiés en juillet font état d'une perte de près de 200 millions d'euros.
              
Les nouveaux dirigeants devront "renforcer la compétitivité, la productivité et la qualité de service" du groupe qui fait face à la concurrence des +low cost+ et des compagnies d'Asie et du Moyen-Orient, a résumé de son côté le ministre des Transports Thierry Mariani.
              
Ces mauvais comptes du groupe peuvent expliquer la brutalité du remaniement, estime-t-on de source syndicale. Au sein du groupe, "c'est KLM qui fait les bons résultats", explique un syndicaliste sous le couvert de l'anonymat.
              
Le poids des Français et des Néerlandais est aussi un sujet délicat. Et les administrateurs ont décidé lundi de repousser à courant 2013 "la mise en place d'une holding Air France-KLM de plein exercice, qui devait avoir lieu au début de l'année 2012".
              
Cette structure aurait certainement renforcé le poids des Français. L'Etat français, qui détient 15,7% du capital, s'est d'ailleurs opposé lundi à la nomination du Néerlandais Leo Van Wijk, selon cette même source.
              
La création de cette holding devait s'accompagner d'un changement de génération au sein du groupe. Selon les plans initiaux, un successeur devait être nommé rapidement à la tête d'Air France afin de se faire la main avant de prendre la place de M. Gourgeon à la tête d'Air France-KLM.
              
Mais cette nomination, annoncée comme imminente depuis des semaines, tardait à se concrétiser car M. Gourgeon défendait la candidature de M. Juniac tandis que M. Spinetta plaidait pour Lionel Guérin, PDG de Transavia, la filiale low cost d'Air France.
              
Juniac n'est donc pas le candidat de Spinetta, ce qui pourrait compliquer leur début de collaboration. D'autant qu'il est un novice dans l'univers des services même s'il connaît bien l'industrie aéronautique pour avoir passé plus de dix ans chez Thales.
              
Lui-même a admis, lors d'un entretien avec l'AFP, avoir "tout à apprendre".
              
"J'ai quelques idées mais il faut les confronter à la réalité avant de les exposer et de les mettre en oeuvre ", a-t-il expliqué.

 

 

Première publication : 17/10/2011

  • AÉRONAUTIQUE

    Air France répartit ses commandes de long-courriers entre Airbus et Boeing

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)