Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Moyen-orient

Le roi Abdallah de Jordanie limoge son gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/10/2011

Le roi de Jordanie a révoqué le gouvernement, dont l'incapacité à régler plusieurs dossiers intérieurs faisait l'objet de critiques. Le monarque a chargé le juriste de renommée internationale Aoun Khassawneh (photo) de former une nouvelle équipe.

REUTERS - Le roi Abdallah de Jordanie a révoqué le gouvernement et prié un juriste de renommée internationale, Aoun Khassaouneh, de former une nouvelle équipe, a-t-on appris lundi de source politique.

 Il remplace Marouf al Bakhit, un ancien général de l'armée de tendance conservatrice.
 
Son successeur, qui est âgé de 61 ans, siège depuis 2000 à la Cour pénale internationale.
 
Il a auparavant occupé les fonctions de directeur de la cour royale et de conseiller juridique auprès de la délégation jordanienne qui a négocié en 1994 un traité de paix avec Israël.
 
L'équipe formée par Marouf al Bakhit, avait été nommée en février après le limogeage par le roi d'un Premier ministre impopulaire et des manifestations de rues inspirées par "le printemps arabe".
 
Ce gouvernement a été critiqué pour son incapacité à régler les dossiers intérieurs, y compris les préparatifs des élections municipales prévues d'ici la fin de l'année.
 
Le remaniement comprend un volet lié à la sécurité avec des changements à la tête des puissants "moukhabarat" (services de renseignement) dont le patron actuel, Mohamed al Rakkad, est remplacé par Fayçal al Chobaki, issu de la base.

 

Première publication : 17/10/2011

  • JORDANIE

    Le roi Abdallah II annonce vouloir mettre en place un régime parlementaire

    En savoir plus

  • JORDANIE

    Un millier de manifestants à Amman pour réclamer une réforme du régime

    En savoir plus

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    Quand les régimes autoritaires se procuraient des armes en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)