Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Fort de sa "large" victoire, Hollande se pose en candidat du rassemblement

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/10/2011

Désormais candidat officiel du Parti socialiste à l'élection présidentielle de 2012, François Hollande veut s'employer à gommer les antagonismes que la course à l'investiture socialiste a quelque peu exacerbés.

AFP - "Ce n'est que le premier jour d'un long chemin" : dès sa brillante victoire dimanche sur sa rivale Martine Aubry, François Hollande, désormais champion officiel du PS pour la présidentielle, a mis le cap sur 2012.

PORTRAIT DE FRANÇOIS HOLLANDE

Avec près de 57% de voix des quelque 3 millions de votants du deuxième tour de la primaire, le député de Corrèze a obtenu la "majorité large" qu'il sollicitait et qui sera la pierre angulaire du "rassemblement", son maître mot, que tous appellent désormais de leurs voeux.

Soulagé par un grand écart de voix avec Mme Aubry, alors que certains prédisaient des scores étriqués, M. Hollande s'est fait lyrique, désireux de "réenchanter le rêve français" ("Le rêve français" était le titre de son dernier opus, publié en août). "Les leçons de 2007 ont été tirées et apprises", a noté M. Hollande dans un entretien à l'AFP dimanche soir. "Il n'y aura pas deux campagnes", pas plus qu'une seule campagne "avec double commandement" comme lors de la précédente présidentielle.

Investie en 2006 dès le premier tour d'une primaire réservée aux seuls adhérents PS avec un enviable 60%, Ségolène Royal avait ensuite mené une campagne largement déconnectée du parti que dirigeait M. Hollande.

D'emblée, le candidat investi pour 2012 a voulu se démarquer de cette solitude avec l'effet "perron": une grande photo de famille devant le siège de Solférino, Royal et Aubry à ses côtés, et tout autour Montebourg, Valls, Fabius, Désir...

Une façon de gommer les derniers cahots d'une campagne qui s'est achevée au bord de la crise de nerfs, même si M. Hollande s'est voulu imperturbable devant les ultimes assauts de sa rivale ("flou", "candidat du système", usant de "mots de droite"...)

Face à cette conciliation et réconciliation voulues et affichées, quelques voix hollandaises sont venues rappeler que si tous les socialistes sont gagnants, ainsi que l'a proclamé leur champion, certains le sont plus que d'autres, et il conviendrait de le refléter dans l'organisation du parti.

Le député Julien Dray a lancé la première salve dès dimanche soir: "Il faut qu'il y ait un rééquilibrage à l'intérieur de la direction" pour arriver à une "osmose". L'eurodéputé Stéphane Le Foll, organisateur de la campagne de François Hollande, a renchéri en estimant que la direction du PS ne peut "rester en l'état", notamment le secrétariat national. Cet organe de gestion du parti, qui se réunit chaque mardi, est composé de secrétaires en charge chacun d'une thématique et censés illustrer tout l'éventail socialiste.

Outre ses 56,57% de voix - sur un totalisation encore partielle -, M. Hollande peut se flatter d'être arrivé en tête dans tous les départements de métropole et d'outre-mer, hormis cinq restés fidèles à la première secrétaire: Nord, Pas-de-Calais, Somme, la Seine-Maritime de Laurent Fabius, et le Paris de Bertrand Delanoë, deux des éminents soutiens de la maire de Lille.

Il a enregistré des scores flatteurs chez ses 4 rivaux de premier tour qui lui ont fait allégeance après ses 39% du 9 octobre : 60% dans la Saône-et-Loire d'Arnaud Montebourg, 72% dans les Deux-Sèvres de son ex-compagne Ségolène Royal, 55% dans l'Essonne de Manuel Valls, 63% dans le Tarn-et-Garonne du radical Jean-Michel Baylet.

La Corrèze s'est donné totalement à lui (95% des suffrages).

Après cette séquence réussie pour le PS, la droite espère reprendre la main d'abord en rattrapant son temps de parole médiatique, ensuite en mettant le doigt sur les divisions creusées au cours de la campagne des primaires. "Gauche molle, gauche sectaire, on a là deux marques de fabrique, qui seront assez présentes tout au long de cette campagne", a prévenu le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé.

Première publication : 17/10/2011

  • PRÉSIDENTIELLE 2012

    François Hollande élu candidat du Parti socialiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)